Marius Bagny, 1er vice-président de l’ONIT, président du comité d'organisation de la JNI (Image archive JNI/première édition)

Entre l’espoir que le projet de loi portant création de l’ordre national des ingénieurs du Togo (ONIT) passe en première lecture en conseil des ministres et le stress de bien réussir la JNI2,  Marius Bagny, 1er vice-président de l’ONIT, veut bien garder la tête sur les épaules.

Son challenge, mettre les petits plats dans les grands pour que la JNI2 soit une parfaite réussite comme l’édition première.  

Lire aussi : ‘La balle n’est plus dans notre camp’

"Nous invitons les pouvoirs publics, les entreprises publiques et privées, les écoles et universités, ainsi que toute la population à soutenir les initiatives des ingénieurs pour le développement du Togo", lance M. Bagny, également président du comité d’organisation de la JNI à agridigitale.

Pour lui, il y a 5 bonnes raisons pour lesquelles le public doit faire le déplacement de l’hôtel du 2 Février dans exactement 11 jours :

Acteurs au service de la communauté

Un ingénieur est un professionnel qui étudie et conçoit des projets novateurs dans des domaines très variés (infrastructures, équipements, produits, systèmes ou services, etc.), dont il pourra diriger la réalisation, la maintenance ou l’optimisation, ceci dans le  but de résoudre des problèmes techniques complexes tout en prenant en compte des facteurs économiques, sociaux, humains, culturels et environnementaux.

En tant qu’acteur au service de sa communauté, sur laquelle ses actions auront un impact déterminant, il est essentiel que l’exercice d’une telle profession soit encadré et réglementé.

Mais au Togo, ni l’exercice de la profession d’ingénieur, ni le port du titre d’ingénieur, ne sont pas encore règlementés par une loi. L’ordre des ingénieurs en Egypte existe depuis 1946 et au Ghana depuis 1968. Au Maroc, cela fait 70 ans que le port du titre d’ingénieur est régit par une loi (dahir du 11 juin 1949).

Chez nous, dans certains marchés publics ou pour la délivrance de certains actes il est exigé d’avoir un ingénieur dans le personnel technique, mais nulle part il n’est exigé que cet ingénieur soit agréé pour pouvoir assumer ses responsabilités ou respecter une éthique professionnelle.

Le drame c’est que très souvent dès que la société décroche le contrat, elle se passe des services de l’ingénieur et fait appel à quelqu’un qui n’a pas les compétences requises pour assumer les tâches, avec les dégâts et les drames que nous constatons aujourd’hui au quotidien. Pis encore, n’importe qui peut ouvrir un bureau d’études ou une société en ingénierie sans être obligé de détenir un diplôme d’ingénieur reconnu.

Des consultations gratuites pour le public

Depuis septembre 2018 nous avons mis en place un ordre national des ingénieurs du Togo, pour commencer à nous organiser correctement et œuvrer pour que l’Etat prenne une loi afin de réglementer l’exercice de notre profession.

Dans la foulée de cette mise en place, nous avons tenue en décembre 2018, une Journée Nationale de l’Ingénieur (JNI). Aujourd’hui, il est donc important pour les ingénieurs de continuer à démontrer leur potentiel et à expliquer en quoi consiste leur métier et en quoi ils peuvent contribuer au développement du Togo.

A cette JNI-2, il y aura des consultations gratuites pour le public, parce que justement il ne se passe plus de semaine sans qu’un ingénieur ne soit appelé pour aller diagnostiquer, expertiser ou constater des dégâts sur un bâtiment déjà construit ou en construction, parce que les gens n’ont pas respecté les règles à suivre pour réaliser leurs constructions.

Le nombre de câblage de réseau électrique qui ont été réalisé avec des fils téléphoniques ou sans tenir compte d’aucun schéma ni règle de câblage, ne sont plus à compter.

Les équipements et machines mécaniques, véhicules, etc., qui ont été cassés ou sévèrement endommagés soit par faute d’entretien et maintenance adéquats ou par défaut de compétences adaptées pour se faire sont nombreux.

Bref, des équipes qu’ingénieurs des diverses spécialités seront là le samedi 14 décembre 2019, pour consulter gratuitement le public.

Les bonnes perspectives de développement

Les ingénieurs exposent leurs réalisations (image archive JNI1)

Les ingénieurs ont besoin de se retrouver pour réfléchir à leur contribution à la construction de la nation et au développement du pays, faire le point sur leurs accomplissements au cours d’une année, se projeter sur le futur, et surtout échanger avec divers acteurs de développement.

Se familiariser avec les dernières réalisations et innovations

Les ingénieurs font des études qui aboutissent à d’excellents résultats et solutions, des inventions, des réalisations et des innovations qui ont besoin d’être connus des pouvoirs publics, des sociétés privées et publiques et de toute la population, pour améliorer la qualité de vie et le développement économique et social.

Des offres d’emplois et de stages aux demandeurs

Il y aura à cette JNI-2, des rencontres B2B pour tous ceux qui désirent parler d’affaire ou tisser des partenariats d’affaires avec les ingénieurs et les sociétés d’ingénierie.

Il y aura par ailleurs, une séance de recherche d’emplois et de stage pour les demandeurs mais aussi de recrutement pour les entreprises. Enfin, il est prévu une présentation de projets porteurs initiés par des ingénieurs pour recherche des financements.

----------

F.G / Visitez le site de la JNI

Votre avis