De la sensibilisation pour mieux gérer les déchets ménagers (Image AGD/A.E)

Tout simplement parce qu’elle  fait partie des facteurs de création de nids de production des vecteurs de menace de la santé tels les moustiques, les mouches, cafards etc.

Depuis 2006, la France via l’Agence française de développement (AFD) accompagne le Togo à améliorer les performances de sa filière de gestion des déchets à travers le Projet environnement urbain à Lomé (PEUL).

Grâce aux deux premières phases dudit projet (PEUL I et II), des filières de collecte et pré-collecte des déchets ont été restructurées.

Des points de regroupement intermédiaires ont également été construits, ainsi qu’un nouveau centre d’enfouissement technique (CET) moderne à Aképé (22km au nord-ouest de Lomé) avec la contribution de l’Union européenne (UE) et de la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD).

Lire aussi : 18.000 élèves impliqués dans la gestion des déchets

Pour impliquer les populations, des sensibilisations ont été faites à l’aide des outils "PHAST/SARAR", un jeu de contraste de situation insalubre à une situation agréable et saine. Conçus et adaptés selon le contexte PEUL II, ces outils abordent l’assainissement en général, et des thèmes spécifiques de gestion des déchets, d’hygiène et de salubrité publique.

D'après les responsables du projet, la manipulation de l’outil incite la communauté à prendre conscience par elle-même de sa situation actuelle pour décider de l’améliorer.

Les CDQ et CVD prennent la main

Pour capitaliser et pérenniser les acquis du projet, la Direction des services techniques (DST) de la ville de Lomé a remis mardi des kits de sensibilisation sur la gestion des déchets aux Comités de Développement de Quartier (CDQ) de tous les arrondissements de Lomé et aux Comités Villageois de Développement (CVD) d’Aképé.

Reception des kits par les bénéficiaires

Le Kit distribué est un sac contenant une trentaine d'images fondées sur le principe de l’histoire hiatus et de trois piles de cartes.

Lire aussi : Echanger votre déchet contre de l’argent

"Il s'agit d'images contradictoires. C'est-à-dire qu'on présente dans un premier temps, une image qui traduit le fait déploré et ensuite une image qui présente la situation souhaitable,"  précise Kodjo Nabola-Bounou Enoumodji, chef projet CET-grand Lomé.

"Premièrement, on va regrouper les populations pour discuter avec eux. Ensuite, on va faire du porte à porte pour leur expliquer les images et insister sur le fait de ne pas jeter les ordures dans la nature," s'engage Azouma Komla, président du CDV de Yidrave dans le canton d'Aképé.

Tout le souhait des responsables en charge du projet est que les populations soient davantage informées de manière à résoudre durablement le problème lié à la gestion des déchets.

----------

A.E

Mots-clés :

Votre avis