Aly Romba,chargé de mission au ministère Burkinabè de l'agriculture et des aménagements hydrauliques

"SIALO est un cadre de partage d'expérience en terme de nouvelles technologies en ce qui concerne la production, la transformation, la commercialisation et bien d'autres atouts. C'est également un marché, ça permet de nouer des relations, se faire des amis parce que si vous avez des amis de par le monde, pouvez facilement vendre vos produits", confie-t-il à agridigitale.

Outre le Burkina-Faso, le Niger prend part actif à ce salon avec une importante délégation de producteurs et transformateurs. "Notre objectif, c’est de faire la promotion de nos produits et toucher des repreneurs pour ce qui concerne la commercialisation de nos produits", souligne Hassane Samgo, président de la FNGIP-BV Niger.

Depuis 2012, le SIALO a démarré son aventure en tant qu'un espace promotionnel de l'agriculture et l'agro business afin de faciliter les échanges commerciaux, créer de nouvelles relations d'affaires et susciter des partenariats durables.

Lire aussi : SIALO 2019 : qui partira avec les 2 millions ?

"Je suis heureux de savoir que le ministère de l'agriculture a été et demeure un partenaire stratégique de cette grande activité annuelle de promotion de L'agriculture", exprime Kolani Dindongue, représentant du ministre de l’agriculture.

Outre les activités classiques que sont les expositions et ventes, les rencontres professionnelles et les animations de panels, le comité a mis un point d'orgue sur quatre actions: concours d'innovation agricole, SIALO academy, région à l'honneur et promotion de la consommation locale.

"Le concept SIALO academy vise à créer l'emploi et à favoriser l'entrepreneuriat des jeunes dans le secteur. Cette année, plus de 50 jeunes seront formés gratuitement en cuniculture", explique Heatson Tito Attikpo, commissaire général du SIALO.

-----------

Anani E.

 

Votre avis