Sogbossi Kounougna en pleine fabrication de l'huile de coco (image AGD/A.E)

Dans sa petite unité de transformation traditionnelle dans le village de Tota à l’entrée d’Anfoin (9Km de la ville d’Aného) Sogbossi Kounougna témoigne qu’elle fait la fabrication de l’huile de coco depuis son adolescence.

Mère de sept (7) enfants, Sogbossi continue de faire de cette activité, son gagne-pain et boucle déjà plus de 40 années dans cette passion où elle tire la majeure partie de son revenu.

"Moi-même je ne dispose pas de plantation de cocotiers. J’achète donc les noix de coco. On nous livre la quarantaine à 2000 F.Cfa. Habituellement, j’arrive à obtenir huit à dix litres d’huile à partir de six quarantaines", confie-t-elle à agridigitale.

Lire aussi : La plantation de coco est une caisse d’épargne à vie

"Le prix de vente n’est pas stable. C’est arrivé au marché que cela se décide et ça dépend des périodes. Mais généralement, il varie entre 1500 et 2000fr", ajoute Sogbossi qui écoule tout son stock tous les samedis dans le marché d’Anfoin.

Mawusi respire coco

De son côté, le jeune entrepreneur Adja Komla Mawusi, promoteur de Bio Plus Cocofood a lancé son entreprise en 2013 par la transformation de la noix de coco en des boulettes de coco râpé qu'il distribuait à 25fr l'unité dans quelques points de ventes et établissements scolaires.

"Tout le processus de la production était manuelle. Malgré toutes les sollicitations que je faisais pour un appui à mes activités depuis lors, seul le Projet d'Appui au Secteur Agricole (PASA) s'est montré réaliste en me finançant pour le développement de ma production de biscuits à base de la noix de coco", raconte Mawusi.

Cet appui financier reçu en janvier 2019 lui a permis d'acquérir un four à gaz, un moulin, une machine scelleuse manuelle, et des équipements pour la gestion environnementale à savoir un puisard, un bac à laver les amendes qui est connecté au puisard afin d'évacuer les eaux usées, des blouses, des gants et un extincteur.

Lire aussi : *Adruto, maplé-adru !

"Avant l'appui du PASA, je ne pouvais transformer que 20 noix par jour soit en coco râpé soit en biscuits. Aujourd'hui, je peux transformer jusqu'à 100 noix par jour. Avant, tout ce que je faisais ne me permettait pas de faire de l'économie et se résumait juste à une activité de survie. Aujourd'hui, j'arrive à épargner quotidiennement", témoigne le jeune entrepreneur.

Outre les biscuits et les cocos râpés, Mawusi fait également de l'huile, des bonbons, des pommades et de la bôme des nerfs, tous à base de la noix de coco.

Actuellement, il est en train de travailler pour sortir du sucre à base de la noix de coco.

------------

A.E

1 Contribution(s)

  1. Mawusi ADJA say:

    Bonjour, un grand merci à AGRIDIGITALE qui ne cesse de booster les entreprises et entrepreneurs du domaine agricole. Je suis fier de vous. La noix de coco et le cocotier sont l'une des merveilles de la nature. Le cocotier est un arbre à plusieurs vertus et à forte valeur ajoutée qui dure de génération en génération. J'encourage les jeunes avoir des champs de cocotiers pour assurer de la richesse à leurs descendances. Merci. BIO PLUS COCOFOOD, TOUT LES BIENFAITS DU BIO ! 👍

    11/11/2019 18:14:53

Votre avis