Christopher Kibanzanga, ministre Ougandais de l'Agriculture

En Ouganda, les grandes cultures de rente sont le café, le thé, le coton, le cacao, le tabac, la canne à sucre, le palmier à huile, les bananes et les produits horticoles.

Les cultures traditionnelles de céréales sont le maïs, le riz, le haricot et le soja. Mais, la plupart des paysans combinent culture de rente, agriculture de subsistance et l’élevage ou la pêche.

Lire aussi : Issoufou et Akufo-Addo font rêver l’Afrique

"Chez nous en Ouganda, nous disposons de terres très fertiles, nous jouissons de deux grandes saisons de pluie par an, nous avons beaucoup de ressources d’eau. Les jeunes et les personnes instruites s’intéressent de plus en plus à l’agriculture. En seulement deux heures de temps, vous pouvez obtenir votre permis de travail et vous installer. C’est tout ça qui fait de l’Ouganda, une destination d’investissement dans le monde", vante le ministre Kibanzanga.

Selon lui, la république d’Ouganda est aujourd’hui, l’un des pays libéraux pour l’investissement en Afrique de l’Est.

"Son économie fait partie des plus dynamiques (+6%) et l’agriculture étant le moteur de cette économie contribue à plus de 40% au produit intérieur brut (PIB)", précise –t-il.

"Nous avons un certain nombre de défis à relever. Il s’agit de l’alimentation animale (poisson et volaille), les problèmes liés au financement, au marché et à la mécanisation. C'est pourquoi nous sommes à la recherche des partenaires pour venir  investisseurs dans notre pays", confie-t-il à agridigitale.

--------------

De notre Envoyé spécial à Accra, Anani E.

Votre avis