Le chef canton de la ville de Sokodé Ali Ouro-Akoriko implore la bénédiction de Allah pour la suite des travaux

Financé par le Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) à hauteur de 138 millions sur 1ha, le premier grand air d'abattage  dans la préfecture de Tchaoudjo, reste l'unique pour toute la région centrale du Togo.

Les travaux sont achevés à hauteur de 49% et les bénéficiaires nourrissent l’espoir qu’un coup de pédale soit donné pour l’opérationnalisation de l’ouvrage.

"Nous avons déjà des associations de bouchés ; de bouviers et même des transporteurs. C’est toute une chaîne que nous organisons autour de la chose. C’est vraiment un projet qui va apporter un grand développement de notre secteur", fait savoir le chef canton de Sokodé à agridigitale.

Point sur les travaux !

C’est le 3ème air d’abattage en cours de construction tout comme celui de  Kara et de Kpalimé, tous financés par le Projet d’appui au secteur agricole (PASA). L’objectif étant d’assurer une offre en viande et produits carnés de qualité à la population.

Visite du chantier par le ministre de l'agriculture

Selon le maître d’ouvrage, l’air d’abattage de Sokodé sera équipé d’un bâtiment d’exploitation, d’un bâtiment administratif, d’une structure de traitement (brûlage de petits ruminants ; traitement des têtes, pattes et peaux) ; d’un bloc sanitaire ; des fosses septiques et puits d’infiltration, d’un biodigesteur et un forage équipé d’un polytank surmonté d’une  superstructure.

"Le maillon production  de la chaîne de valeur bétail-viande étant en bonne voie de maitrise avec ces résultats, il s’avère indispensable de s’investir dans la valorisation des produits animaux qui en résultent par la promotion de la transformation et la commercialisation. Cela permettra de satisfaire une demande en produits carnés de plus en plus croissante tout en s’assurant des conditions de salubrité adéquates permettant de garantir la santé et le bien-être de la population", explique Dahouda Djele, coordonnateur du PASA.

Lire aussi : Le PASA fait du chemin

Les multiples actions menées par le projet au cours de sa phase initiale pour relancer du sous-secteur élevage ont permis aujourd’hui d’envisager le développement durable de la filière bétail viande.

Le projet a prévu la mise en place d’unités de transformation conformes aux normes. Ces actions selon le gouvernement, s’inscrivent dans l’axe2 du Plan national de développement (PND), qui prône le développement des pôles de transformations des produis agricoles.

-------------

De notre Envoyé Spécial, Palakiyêm S.

Votre avis