Le premier ministre du Togo, Komi Selom Klassou (image AGD/A.E)

"C'est dans cette optique que le chef de l'État a jugé bon de faire procéder à la création d'une instance fédérative et inclusive dans le but de canaliser les potentielles ressources, capacités et de compétences dont regorge la diaspora en faveur du développement viable et durable de notre pays," justifie le premier ministre, Komi Selom Klassou lors de l'installation officielle du Haut conseil des togolais de l'extérieur (HCTE) ce vendredi à Lomé.

"Nos concitoyens qui ont choisi de vivre à l'extérieur constitue aujourd'hui un réservoir par excellence de femmes et d'hommes pétris de talents, de ressources et potentialités susceptibles de contribuer à l'émergence de notre nation," martèle-t-il.

De toute évidence, aucune nation ne peut se construire et assurer son épanouissement si elle n'associe ses fils et fille à la gestion de la chose commune.

"Les togolais de l'extérieur ont du potentiel. Le potentiel qu'ils ont est exceptionnel. Notre pays marche vers l'avenir et la diaspora est un maillon essentiel de notre élan collectif," rassure professeur Robert Dussey, ministre des affaires étrangères de l'intégration africaine et des togolais de l'extérieur.

Installation du HCTE

La diaspora togolaise a désormais un bureau et un président de bureau. Il s'agit belle et bien de Attitso Kodjo, délégué pays Côte d'Ivoire.

Attitso Kodjo,président du HCTE

"Il est de notre devoir de travailler à raffermir les liens patriotiques dans le respect des institutions de la république. À cet égard, je tiens à réaffirmer notre engagement à remplir notre mission en veillant particulièrement à rassembler tous les togolais de nos juridictions distinctives et à assurer la pleine participation des togolais de l'extérieur au développement économique, social, culturel de notre pays," détaille le président du HCTE, Attitso Kodjo.

Lire aussi : Le Togo a besoin de sa diaspora

À travers son haut conseil des togolais de l'extérieur, le Togo rejoint des pays comme le Mali, le Niger, le Bénin, le Sénégal, le Maroc, la Côte d'Ivoire, le Cap Vert, etc.

Habib Sylla, président du Haut conseil des Maliens de l'extérieur (HCME) a profité de l'installation du haut conseil des Togolais de l'extérieur (HCTE) pour lancer un appel solennel aux dirigeants du continent.

"Fédérer les efforts de ses diasporas sont en mesure de contribuer quantitativement et qualitativement au changement de paradigme dans le développement de grand dynamisme. Pour ce faire, l'Afrique doit pouvoir exploiter les moyens financiers depuis sa diaspora, et ainsi trouver ses propres solutions à ses problèmes de développement", suggère Habib Sylla.

------------

A.E

 

Mots-clés :

Votre avis