. Élikia Mbokolo, professeur en histoire sociale et politique de l’Afrique

"L’essentiel est de reconnaitre que la vie ne fait pas de cadeau et demain sera pire. Alors, si la jeunesse reconnait ceci, il ne lui reste qu'à pousser ses ambitions plus hautes. Si nous sautons aujourd’hui à 1,70m, visez 2,70m", a-t-il confié à agridigitale lors de son récent passage à Lomé à l’occasion de la dédicace de l’ouvrage L’Afrique d’abord de Gervais Djondo.

Pour lui, la jeunesse doit s'inspirer certes des modèles de réussite mais elle doit expressément éviter de reproduire ce que les autres ont fait.

"Ne pensez jamais que les choses sont aussi simples que ça où surtout avec ses diplômes on vise l’Europe pour aller bâtir sa vie et revenir dans son pays. ", pense le prof Mbokolo.

Et de poursuivre : "puisqu'on parle de la jeunesse, le très jeune président français par exemple, vous le démentira. La vie n'a pas été de la cerise sur le gâteau pour Emmanuel Macron. Mais, parce qu'il s'est battu et a visé loin, il a mis à profit toutes les occasions afin de devenir ce qu'il est aujourd’hui".

Lire aussi : Y-a-t-il une différence entre Kwami Nkrumah et Gervais Djondo ?

Il pense qu’il est possible d’avoir d'autres modèles Gervais Djondo demain.

"Mais un sérieux travail doit être fait par la jeunesse qui doit savoir que son demain sera plus difficile que le nôtre aujourd’hui car d'autres puissances vont se positionner. Actuellement, c’est la Chine. À mes jeunes frères togolais et africains, la trajectoire n'est toujours pas toute droite", conseille Élikia Mbokolo.

----------

F.G

 

Votre avis