Djiwa Oyentoundé, chargé de programme FAO-Togo.

"Mais si on agit sur les systèmes alimentaires, on peut économiser une partie de cet argent sur tout ce qu’il faut comme route, énergie, etc. pour se développer", recadre Djiwa Oyentoundé, chargé de programme FAO-Togo.

C’est pourquoi le thème de cette année pour la Journée Mondiale de l’Alimentation (JMA) célébrée chaque 16 octobre porte sur le thème "agir pour l’avenir, une alimentation saine pour un monde de faim zéro".

"La qualité des aliments, la façon dont nous cuisinons, nous mélangeons les produits alimentaires pour obtenir les ratios est très importante si nous voulons atteindre la faim zéro parce que la faim zéro ce n’est pas seulement de produire quantité. Il y a aussi la qualité des aliments", martèle Djiwa.

Globalement, on estime à plus de 800 millions, la population des personnes qui souffrent de sous-alimentation et au Togo, ce chiffre est au tour de 1,3 millions.

Lire aussi : La FAO annonce 1 million de dollars pour le Togo

"Quand on regarde ces chiffres, on se rend compte que la question de l’obésité prend de l’ampleur. Par exemple au Togo, on estime qu’il y 200.000 personnes adultes qui souffrent de l’obésité et la principale cause c’est notre système alimentaire, la manière dont nous mangeons", déplore Djiwa.

Il paraît donc évident qu'il n’est plus seulement question de mettre l’accent principalement sur la production mais il faut agir sur la façon dont les gens combinent les produits pour s’alimenter.

"En agissant sur la qualité de manière à produire des aliments sains en réduisant tous les ingrédients comme les pesticides, améliorer les manières de récolter, de conserver pour qu’on ait de produits agricoles sains, c’est important. Lorsqu’il  n’y a pas cet équilibre dans le système d’alimentation, cela pose de problème et on enregistre de plus en plus des maladies dues à la mauvaise alimentation", illustre-t-il.

Par ailleurs, la FAO estime par exemple qu’une alimentation malsaine associer à un mode de vie sédentaire du fait que les gens ne font plus beaucoup de sport, constituent les facteurs numéro 1 des risques d’invalidité ou de décès au monde.

"Beaucoup de gens meurent pas à cause du paludisme, mais à cause du fait qu’on ne mange pas bien et on ne fait plus du sport. Donc, les maladies comme diabète, tension et autres commencent par prendre de l’ampleur et il faut vite agir",  insiste M. Djiwa.

Comment bien manger?

Tout en saluant les efforts faits par le gouvernement togolais, le chargé de programme appelle à mettre en place des programme de sensibilisation sur comment bien manger.

"Il faut qu’il y ait une certaine législation pour demander aux gens qu’on ait pas trop de sucre, trop de sel, trop de gras donc il faut éduquer et cela passe aussi par les restaurateurs. Avec une telle volonté politique associée à des campagnes dans les médias, on peut améliorer notre système alimentaire", préconise Djiwa Oyétoundé.

Au Togo, la célébration de la JMA sera célébrée en différée, soit en  décembre prochain. 

Lire aussi : TéléFood 2019 : plus de 100 millions déjà mobilisés

Une vaste opération est en cours  visant à mobiliser 800 millions de francs CFA afin d’installer 1000 jeunes entrepreneurs agricoles.

-------------

Anani E.

Mots-clés :

Votre avis