La transformation de l'agriculture à l'ère du digital (crédit photo CTA)

L’ère digitale où on parle plus de l’intelligence artificielle (big data), des objets connectés, des drones etc. l’agriculture subit sa nouvelle révolution avec ce qu’il convient d’appeler l’Internet des objets (Ido).

L’Ido est une infrastructure mondiale pour la société de l’information qui permet de disposer de services évolués en interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l’information et de la communication interopérables existantes ou en évolution.

Selon des analystes du secteur du monde numérique, il y a aujourd’hui entre 10 et 20 millions d’objets connectés à Internet.

A l’horizon 2020, le nombre d’objets connectés se situera entre 40 et 50 milliards, ce qui inclut toutes sortes d’objets (des tasses et stylos aux maisons, voitures et équipements industriels).

Cet environnement d’objets connectés constitue les fondations de l’" Internet des Objets" (IdO) communément appelé en anglais Internet of things (IoT). L’IdO présente de saisissantes nouvelles opportunités pour les entreprises, dont un grand nombre restent obscures aux yeux des non-experts du domaine.

En effet, des problèmes qui préoccupent les entreprises depuis des siècles seront drastiquement atténués et, dans bien des cas, disparaîtront totalement.

Conjointement à d’autres évolutions technologiques telles que l’informatique dématérialisée, les réseaux intelligents, les nanotechnologies et la robotique, le monde de l’IdO dans lequel nous sommes sur le point d’entrer représente un pas de géant vers une économie générant plus d’efficacité, de productivité, de sécurité et de profits.

Les opportunités et défis que présente l’IdO en Afrique et en particulier au Togo notamment sur le développement des secteurs de la télécommunication, des banques et services d’assurance, du transport, de l’énergie, de l’habitat, de la santé, de l’agriculture et de l’environnement, des forces armées, de l’éducation sont énormes.  

Ido : un atout pour le PND

Le cabinet d’expertise Kapi Consult basé à Lomé y voit déjà de nombreux avantages de cette technologie qui contribuera à l’atteinte des objectifs fixés dans le plan national de développement (PND).

Au Togo affirme le cabinet, "l’IdO va permettre le développement des zones d’agriculture durable, de qualité et d’utilisation de l’eau, de soins de santé, d’industrialisation, de surveillance du climat et de gestion environnementale".

Lire aussi : Samuel et Awal survolent les cultures avec le drone

"L’agriculture présente un large éventail d’applications existantes ou potentielles du numérique. Outils d’aide à la décision, capteurs d’état du végétal, des animaux ou du milieu, capteurs embarqués sur les machines agricoles, robots, météo spatialisée, nouveaux gisements de données agricoles et nouveaux outils de traitements de données etc., autant de techniques et d’informations qui permettent une agriculture précise, compétitive et respectueuse de l’environnement", souligne –t-il.

L'agriculture de précision (crédit photo CTA)

En Afrique subsaharienne, 95% des terres exploitables dépendent de la pluie. Par conséquent, les récoltes de nourriture sont souvent minimes, et le risque de famine continue de planer comme une menace.

Grâce à l’IdO, les capteurs sans fil peuvent surveiller la croissance, l’humidité du sol et les niveaux des réservoirs d’eau. Des véhicules sans pilote peuvent réduire le travail physique nécessaire. Ainsi, les cultures peuvent être plus prolifiques, pour un coût moins élevé.

Avec l’arrivée des drones, le système agricole subira une transformation profonde. Ces petits engins volants télécommandés, pourraient si leur usage se développait, devenir indispensable au développement des activités agricoles en Afrique en général et au Togo en particulier.

Ils permettent de cartographier les zones agricoles, de repérer d’éventuelles zones infestées par des parasites, de pulvériser des traitements.

De plus, des moniteurs du sol sans fil, du climat, et du bétail et un équipement pour l’agriculture automatisé par IdO pourront aider les éleveurs à améliorer la productivité au Togo.

Plusieurs sociétés industrielles de production d’équipements agricoles se sont lancées dans le développement des technologies de pointes adaptées aux besoins des agriculteurs.

C’est l’exemple de John Deere qui se sert de l’IdO pour connecter tous ses véhicules à une plate-forme mobile en ligne, nommée JDLink, qui permet aux agriculteurs et aux concessionnaires d’avoir accès à distance à des données relatives à la localisation du matériel, à l’utilisation et au diagnostic de chaque machine.

Le Centre opérationnel John Deere propose aux agriculteurs des solutions IdO complètes, notamment le streaming sans fil des données de production, la surveillance mobile et les informations en temps réel sur la météo et l’état des cultures.

Par ces mesures et bien d’autres, l’IdO s’annonce très prometteur en tant qu’outil pour atteindre les Objectifs du Plan National de Développement (PND).

---------------

Kapi Consult & Agridigitale

Mots-clés :

Votre avis