Issoufou Mahamadou (G) et Nana Akufo-Addo (Image: présidence Niger)

Les participants à l'édition 2019 de l'AGRF (African Green Revolution Forum) ont eu le privilège de découvrir comment l'engagement et l'action politique ont permis de booster la révolution verte au Ghana et au Niger.

Les gouvernements de ces deux pays, à l'instar de leurs homologues du Rwanda et de l'Éthiopie ont fini par comprendre que l'engagement et l'action politique au profit des petits producteurs pouvait valablement aider à venir à bout des problèmes de sécurité alimentaire, emplois des jeunes et de changement climatique auxquels ils font face.

L’agriculture, épine dorsale de l’économie ghanéenne, emploie environ 50% de la population active. Mais sa part dans le PIB du pays n’a cessé de diminuer au fil des années pour atteindre la barre des 19 % en 2016.

Lire aussi : Akufo-Addo plus agressif sur le climat

Un défi que le  gouvernement a décidé de relever en déployant des programmes phares comme planter pour l'alimentation et l'emploi; un village, un barrage; planter pour l'exportation et le développement rural.

"Les résultats de ces différents programmes sont déjà palpables. La contribution du secteur agricole au PIB national a augmenté de 6,1% en 2017 et nous envoisinons 6,97% en 2019. Grâce aux performances dans les champs, nous n'avons pas importé l'année dernière comme c'est le cas cette année", s'en réjouit Nana Akufo-Addo, président de la République du Ghana.

Les Nigériens nourrissent les Nigériens

L’initiative "3 N" est un crédo, une volonté et un engagement politique du président Issoufou Mahamadou pour mettre ses concitoyens à l’abri de la famine et de la soif. Elle est constituée d’un programme d’investissement qui permettra au Niger d’accéder à l’atteinte des Objectifs Développement Durable (ODD).

Président Issoufou Mahamadou du Niger

Ce programme basé sur la pleine participation des populations à la production nationale et à l’amélioration de leur revenu, intègre les dispositions de la stratégie de réduction de la pauvreté et envisage de renforcer la capacité nationale de production alimentaire, d’approvisionnement et de résilience face aux crises alimentaires.

Lire aussi : ZLECAF : Issoufou Mahamadou rêve grand pour l’Afrique

"L’initiative 3N a permis de démontrer que la sècheresse n’est pas synonyme de famine au sahel. Elle a permis de mettre plus de 60% de la population à l’abri de la faim dans les milieux ruraux. Elle a valu au Niger une distinction de la FAO", brandit le président Issoufou qui rêve d’un chocolat fait à base du lait du Niger et du Cacao Ghanéen.

On retient au finish que la révolution verte telle qu’envisagée par le feu Koffi Annan en mettant sur pied l’alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA) est en bonne voie.

--------------

De notre Envoyé spécial à Accra, Anani E.

Votre avis