L’ingénieur Isaac Benhale

Isaac Benhale, ingénieur électrique de formation s’est lancé depuis un an dans un ambitieux projet d’élevage qui fait même rêver les banquiers, au regard des résultats attendus.

Après une étude de marché très minutieuse, l’ingénieur Isaac Benhale a tiré la conclusion qu’il pourra avancer sans crainte dans son projet de conquérir le marché local avec les poulets de chairs.

Sa ferme Fortunis Agro SARL basée à Tsévié (35 Km de Lomé), dans la préfecture du Zio, met à la disposition de sa clientèle, des poulets et pintades fermiers de chairs mais élevés local de manière naturelle.

"On a déjà commencé le projet il y a plus d'un an. Nos volailles sont élevées sur parquet. C'est-à-dire qu'elles se promènent à l'air libre. Ça fait que la volaille n'est pas stressée et cela donne une meilleure chaire à la volaille. En plus, elles mangent des formules que nous faisons nous-mêmes au niveau de la provende. Bref, on s'assure que tout est sain pour la volaille afin que le consommateur puisse consommer sain", raconte Isaac, le promoteur.

Lire aussi : Solange, la reine du poulet de chair

"Les gens sont fatigués de manger ce qui est importé. On ne connaît pas les conditions d'élevage et tout. La santé avant tout, c'est ce que nous mangeons. Donc, nous devons protéger la population et c'est ça que nous apportons à la population pour leur santé. Il faut manger sain", confie Isaac à agridigitale.

"Nous proposons des prix concurrentiels. Du coup, la population ne peut prétendre l'argument que c'est cher. C’est à la bourse de tout le monde", insiste-t-il.

Campagne de séduction des banques

Après un an de vie, la ferme Fortunis Agro Sarl de l’ingénieur électrique de formation, Isaac Benhale exprime un besoin financier d'à peu près 25.000.000 de franc CFA pour passer de 1400 poulets et pintades pour aller à 5000 têtes.

Lire aussi : Poules pondeuses : tout sur le compte d’exploitation

"Dans ce business pour que ça marche, il faudrait vous-mêmes avoir les poussins. De l’autre côté, il y a des togolais qui fabriquent des éclosoirs, des couveuses de très bonnes qualités. Nous voulons donc acheter ces machines pour produire nos propres œufs, les éclore par nous-mêmes et suivre les volailles du bas-âge jusqu'à l'étape où elles peuvent être consommées", explique Isaac Benhale.

Et pour séduire les financiers, notamment les banques, l’ingénieur  Isaac Benhale brandit un business plan dans lequel il a démontré par A + B avec des termes clairs et concis que son projet est porteur et viable et qu'il faut le financer.

-------------

Anani E.

2 Contribution(s)

  1. KOUPODI komla say:

    Excellent projet mon Ingénieur, nous pouvons produire et consommer togolais, et il n y aura pas meilleure. Pour ma part je vais de ce pas à la ferme pour m'approvisionner.

    11/10/2019 10:24:42
  2. Comlan Bruno Ketor say:

    Félicitations frère Isaac et force à toi... J'ai eu la chance de faire un tour à la ferme et je peux témoigner de la forme et la qualité des sujets. Consommons du made in Togo dans nos plats...

    09/10/2019 11:27:52

Votre avis