Nenne Fadimatou croit en la force de l'artisanat

Arrivée au Togo avec des chaussures fabriquées à base des peaux de mouton et de chèvre dans le cadre du Marché international de l'artisanat du Togo (MIATO), la camerounaise Fadimatou quitte Lomé avec un carnet de contact bien enrichi.

"Je suis venue au Togo, j'ai échangé avec beaucoup de monde, je me suis enrichie et j'ai aussi donné. Je suis sûr que MIATO va grandir comme le SIARC, parce que le début a été un coup de maître et par rapport aux autres marchés et salon qui existent déjà, ça va beaucoup apporter", confie-t-elle à agridigitale.

Lire aussi : Porte d’entrée pour l’emploi

"Ce MIATO nous a permis de dévoiler des talents cachés. En visitant les différents stands, j’ai été impressionné non seulement par les œuvres et le génie des artisans mais surtout par l’attitude des exposants et exposantes. Les commentaires des visiteurs, des pays présents et des partenaires sont positifs. Nos artisans ont du talent, nos artisans ont de l’audace, nos artisans ont du génie", s’en félicite Victoire Tomegah-Dogbé, ministre du développement à la base en charge de l’artisanat.

Victoire Tomegah-Dogbé, ministre en charge de l’artisanat

Elle s’est engagée à faire de MIATO, une œuvre pérenne qui doit profiter à plusieurs générations d’artisans.

Lire aussi : L’artisanat fait cavalier avec l’agriculture

D’après le comité d’organisation, tous les 200 stands aménagés ont été occupés et le bilan de cette première édition est très satisfaisant.

En clôturant ses portes dimanches, des prix ont été décernés aux exposants dont un billet d'avion Lomé-Paris-Lomé, des bourses d'études à l'étranger et au Togo et des polices d'assurance.

Outre le Togo et le Cameroun, les artisans venus du Bénin, Niger, Burkina, Côte d’Ivoire, Sénégal, Guinée, Gabon, Maroc, France, ont contribué à animer ce marché.

-------------

Anani E. & Palakiyêm S.

 

Votre avis