Rebin redonne une nouvelle vie aux déchets

Depuis 2017, la fondation procède au recyclage des déchets organiques collectés auprès des ménages, pour transformer en énergies et fertilisants, au profit des mêmes populations.

"Le but est d’assainir les villes et campagnes du Bénin, tout en fournissant des services nouveaux qui simplifient la vie aux populations", explique Sèwaï Mardochée, Directeur des Opérations du Centre de Valorisation des déchets de la Fondation ReBin à agridigitale.

Réutilise ta poubelle

Du biogaz à partir des déchets

ReBin est un mot composé anglais "Re use your bin" signifie en français "réutilise ta poubelle". La commune de Toffo a été choisie par la Fondation pour abriter la phase expérimentale du projet.

Déjà, plus de 500 ménages ont été sensibilisés à apporter les déchets, directement sur le site de la Fondation à Toffo.

Lire aussi : Hervé, le roi des déchets électroniques

En contrepartie, ils reçoivent l’un des produits du Centre à savoir le biogaz, le compost, l’eau potable, l’effluent ou encore du poisson. "Ceux qui le désirent, échangent plutôt ces déchets contre de l’argent", dévoile M. Mardochée.

Ainsi, pour 10kg de déchets apportés, l’intéressé reçoit 250 francs CFA ; la quantité des produits donnés en échange par la fondation se base d’ailleurs sur ce principe et les populations semblent bien en être ravies.

Le recours au biogaz

Adéline Awadédji n’apporte pas de déchets au Centre ReBin ; mais elle y va régulièrement pour se procurer du biogaz. Comparé au charbon ou au bois de chauffage, ce mode de cuisson lui simplifie réellement la vie, à en croire ses propos.

Elle l’utilise pour la cuisson des aliments dans son ménage, mais aussi pour son petit commerce. "Lorsque je charge mon sac de biogaz à raison de 400 F le sac, je peux l’utiliser pendant 5h de temps environ", confie la vendeuse de yovo dokô (beignets réalisés à base de farine de blé).

"Les 5h de temps sont réparties bien évidemment sur plusieurs jours ; « tout dépend en fait de ce que je prépare", ajoute –t-elle.

Songhaï, un partenaire de taille

En prenant ses quartiers à Toffo en novembre 2017, la Fondation ReBin a très tôt sollicité l’expertise de Songhaï pour l’installation des bio- digesteurs, la broyeuse de déchets, les bassins piscicoles et aussi pour la formation du personnel.

Depuis lors, les deux partenaires travaillent en symbiose pour la réussite du projet qui devrait s’étendre aux 77 communes du Bénin.

Lire aussi : La pauvreté en Afrique, un délit puni par la loi

Comme Songhaï, la Fondation ReBin s’inscrit également dans une logique d’intégration de ses activités, afin d’aller jusqu’au bout des cycles de transformation des matières premières. Cette belle expérience pourrait être exportée au-delà des frontières béninoises et profiter à toute l’Afrique.

Votre avis