Culture de riz importante en Asie

Le rapport signale que l’Afrique présentera une croissance plus forte que dans toute autre région du monde et souligne que sur les importations de riz devraient exploser d’ici 2028, passant de 17 millions de tonnes à 29 millions de tonnes.

"A l’échelle mondiale, les principaux exportateurs sont l’Inde, la Thaïlande et le Vietnam. En Afrique, le Nigeria sera la principale tête de pont vers ce marché. La part de l’Afrique dans les importations mondiales devrait s’établir à 49% contre 35% actuellement", indique le rapport relayé par Africtelegraph.

Bouffée d’oxygène pour l’industrie cacaoyère du Ghana pour les cinq prochaines années. La Banque mondiale a annoncé un programme d’investissement de 300 millions de dollars rapporte Apanews.

"L'objectif était d'accroître les niveaux de productivité des producteurs de cacao et d'ajouter de la valeur aux produits, conformément au projet de chaîne de valeur du secteur du cacao", explique-t-il Dr Amos Gyau, Economiste agricole principal de la Banque mondiale.

Au Gabon, la FAO, le gouvernement et les parties prenantes du secteur agricole réfléchissent sur les opportunités de création d’emplois et d’entreprises dans les chaînes de valeurs agricoles.

Confronté aux défis de la diversification de son économie, le pays avec l’appui de ses partenaires au développement a initié des réformes en vue d’améliorer le climat des affaires et optimiser la valorisation de l’offre et des compétences nationales sur le marché du travail à destination des entreprises.

Les institutions clés en la matière sont l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANPI) et l’Office National pour l’Emploi (ONE).

"Pour relever le défi structurel de la création d’emplois décent dans le secteur agricole, le Gabon doit renforcer son offre et son dispositif de formation professionnelle ainsi que l’amélioration de son environnement des affaires", suggère Hélder Muteia représentant de la FAO au Gabon cité par 7joursinfo.

Enfin, selon l’Agence atmosphérique américaine (NOAA), la température moyenne de la planète en juillet était 0,95 degrés Celsius au-dessus de la moyenne du XXe siècle, de 15,8 degrés Celsius, ce qui en fait le mois le plus chaud jamais enregistré, pour des mesures remontant à 1880.

"La majeure partie de la planète a connu une chaleur sans précédent en juillet, les températures ayant atteint de nouveaux sommets au cours du mois le plus chaud jamais enregistré", a commenté l’agence américaine, précisant que la chaleur record avait également "réduit la glace dans les mers Arctique et Antarctique à des niveaux historiquement bas", lit-on sur Estrepublicain.

Mots-clés :

Votre avis