Les paysans militent pour l'adoption du kilo

Kokou GUERI, président d’un groupement de producteurs à Katoré (Ogou 2, région des plateaux) estime qu’il est temps de mettre fin à cette tricherie.

"Le grand problème est qu’avec toutes les cultures que nous menons, il n’y a pas une mesure standard et donc cela ne nous avantage pas. Jusqu’alors, les céréales toujours au bol et les tubercules à la calebasse. Franchement tant qu’on restera sur ce système, nous sortirons toujours perdants", se lamente-t-il à agridigitale.

Lire aussi : Kofitsè milite pour la vente du maïs au kilo

Parfois, poursuit-il "nous avons envie d’hausser le ton sur ces bonnes dames mais nous n’avons pas le choix vu qu’elles sont nos premiers acheteurs".

‘Notre plus grand désir, c’est de passer rapidement au kilo’, a-t-il plaidé.

Du côté du ministère de l’agriculture, les discussions avancent sur cette problématique et pour aller au-delà, des appuis en équipements agricoles sont apportés samedi aux producteurs de la région.

25 groupements soutenus par le PASA

Au total, 25 groupements agricoles ont bénéficié des équipements agricoles pour améliorer leurs conditions de travail grâce au projet d’appui Au Secteur Agricole (PASA).

"Ces outils vont non seulement nous aider à améliorer nos rendements mais à agrandir nos surfaces cultivables", s’est félicité l’un des bénéficiaires.

----------

Sandali P.

Mots-clés :

Votre avis