Romain Assiki, apiculteur à Adjorogo.

"Pour un jeune qui veut se lancer dans cette filière, il suffit de suivre des formations et d’avoir une ruche. Surtout, il ne faut jamais débuter avec un fonds de crédit. Il vaut mieux avancer avec ses propres moyens aussi maigres soient-ils", recommande Romain Assiki, apiculteur à Adjorogo.

Cap ce mercredi à Adjorogo, dans la préfecture de Tchaoudjo, à environ 340 Km de Lomé.  Romain Assiki, Economiste de formation devenu un expert dans le domaine de l’apiculture au Togo, raconte son histoire.

Abeilles progrès, une vision qui a germé il y a près de 20 ans

Après une année de formation auprès des religieux à Sotouboua et plusieurs stages au Burkina, au Ghana, en Côte d’ivoire puis au Sénégal pour se perfectionner, Romain Assiki a implanté sa propre entreprise dénommée Abeilles Progrès.

"Depuis 18 ans, nous faisons la production du miel et de tout type de prestations de service apicole à savoir la formation, le suivi accompagnement, des formations et fourniture de matériels apicoles", explique –t-il.

A partir de 2015, l’entreprise a vu sa production de miel augmentée de 150% grâce à une subvention de 8,5 millions F.cfa du Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA). Le PASA est un projet du gouvernement togolais financé par la Banque mondiale.

"Grâce à ce fonds, nous avons acheté des gants, des bottes, des assiettes, des combinaisons, des gaufriers, des intrants apicoles, une moto tout terrain et un tricycle. Et depuis, nous sommes passés de 2 à 5 tonnes de miel l’an avec un chiffre d’affaires annuel de 12 millions", témoigne Romain.

Avec une équipe de 25 employés dont 20 temporaires, Abeilles Progrès exploite actuellement une superficie de 04 hectares et est à la recherche de partenaires pour aller vers le marché extérieur.

L’apiculture est rentable, lancez-vous!

Pour se lancer dans ce métier, il faut avant tout disposer d’une bonne ferme apicole et avoir une ruche suivie du charme d’abeille. Ensuite, avoir la cire en plaquette puis arranger le domaine sur lequel on aura à installer la ruche.

Lire aussi : Babacar et Djiby, deux jeunes sénégalais engagés dans l’apiculture

La ruche s’installe dans l’arbre et avant de le placer, on passe un produit appelé charme d’abeille autour de la ruche afin d’attirer les abeilles.

"Le vrai miel ne se gâte pas et à vue d’œil, il est clair. Il y a le miel de Mai (moins fluide) et le miel de Avril-Mars (bien condensé et très visqueux)", dévoile Romain comme astuce aux lecteurs du journal agridigitale.

Mots-clés :

2 Contribution(s)

  1. Yantannou SARKI say:

    Super, l'apiculture est une filière si on peut faire avec ce qu'on où nous sommes. Je voudrais vous rencontrer pour échange d'idées. Je suis un promoteur apicole béninois, j'interviens aussi au Togo. Merci

    06/07/2019 07:47:16
  2. Nom & Prénoms * say:

    Félicitations pour votre action je voudrais s'avoir si vous faites la multiplication élevage des Reines d'Abeilles?

    11/01/2019 20:31:16

Votre avis