Le nouveau port de pêche toujours inoccupé

Rats, chauve-souris et lézards sont pour le moment les maîtres des lieux. Et pour cause, la clôture, principale exigence des acteurs de la pêche n'est pas encore sortie de terre. On y voit les briques entreposées mais, rien de plus (photo).

Les pêcheurs qui tablaient sur trois mois au plus, sont toujours sur l’ancien site, impatients de rejoindre le nouveau port.

"C'était promis et assuré qu'au moins la clôture serait en train d’être terminée ; mais…, je ne sais plus où se situe le blocage", confie Abdou Derman, secrétaire général du SYNAPETO (syndicat national des pêcheurs du Togo) à agridigitale.

Lire aussi : Les pêcheurs de Gbétsogbé jouent aux prolongations

La clôture, le marché aux poissons, le magasin de stockage des matériels de pêche sont les principales revendications des pêcheurs pour occuper les lieux.

Le nouveau port de pêche est le fruit de la coopération entre le Togo et le Japon à travers l'agence de coopération internationale japonaise (JICA). Les travaux de construction ont coûté 20 milliards de francs CFA.

Au moins huit mille (8000) personnes interviendront sur ce nouveau port de pêche construit à Gbétsogbé (banlieue-Est de Lomé). Il s'agit de 3000 pêcheurs et 5000 mareyeuses et transformatrices de poissons.

Les autorités togolaises tiennent à l’opérationnalisation du nouveau site qui devra promouvoir l’activité de pêche au Togo. 25 000 tonnes de poissons sont attendues par an dans les prochaines années; ce qui devra permettre de créer 5000 emplois directs.

Lire aussi : Les pêcheurs arrivent à bon port

Pour l’heure, on est loin d’espérer l’atteinte des objectifs annoncés à l’inauguration du nouveau port de pêche. Certains pensent déjà que c’est du gâchis soutenant que l’Etat aurait pu allouer ces fonds à la construction des pistes rurales pour désenclaver les zones de fortes productivités agricoles.

Par contre, d’autres estiment que l’Etat pourrait faire preuve de fermeté et de rigueur en obligeant les pêcheurs à rejoindre le nouveau site, le temps de satisfaire aux autres exigences.

-------------

F.K.A

Votre avis