Dr. Rajiv J. Shah, président de la Fondation Rockfeller (M) et le président de la BAD, Akinwumi Adesina (G). Image-@rajshah

"Plus récemment, nous avons contribué à la mise en place d'un système régional de gestion des semences. Ces dernières années, nous nous sommes concentrés sur les pertes d'aliments et le gaspillage dans la chaîne agricole, car nous perdons beaucoup de nourritures. Nous intervenons par exemple dans la chaîne de valeur des mangues au Kenya et de tomate au Nigéria à la fois sur la recherche et les projets", confie à agridigitale, Dr. Roy Steiner, directeur général de l'initiative alimentaire à Rockefeller Foundation.

Avec plus de 60% des populations dans le secteur agricole, Dr. Roy Steiner, ne comprend toujours pas pourquoi l’Afrique continue d’importer des denrées alimentaires.

Lire aussi : 500 millions de dollars pour la transformation agricole

"Pourquoi dans certains pays, seulement 3% du budget est destiné au secteur agricole alors que 60% de la population travaille dans l’agriculture, cela n’a pas de sens !" rejette-t-il catégoriquement.

"Nous devons nous assurer que l'agriculture soit la priorité en Afrique et les décideurs politiques doivent prendre des engagements pour produire massivement en interne et cesser d’importer. Par ailleurs, nous avons besoin de beaucoup plus que ce qui se fait actuellement au niveau du commerce entre les Etats sur le continent", martèle-t-il.

Les interventions de Rockefeller Foundation  en Afrique se font à travers des partenaires comme l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA).

Votre avis