De la nécessité de développer l'aquaculture

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) insiste sur la nécessité pour le monde de s’appuyer sur l’aquaculture, pour répondre à la hausse prévue de la demande en poisson et en produits à base de poisson.

"La FAO recommande de travailler sur des programmes de reproduction sélective sur le long terme, capables d’augmenter la productivité des espèces aquatiques de 10% pour chaque génération", lit-on sur aps.sn

Au Canada, le gouvernement vient d’annoncer le versement d'un montant de 200 000 $ à la Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ) pour promouvoir l'agriculture chez les jeunes.

"Le manque de relève et la rareté de main-d'œuvre affectent beaucoup d'entreprises et bien des secteurs de notre économie. [...] Notre gouvernement souhaite envoyer le signal clair que faire le choix de l'agriculture est attrayant, valorisant et passionnant", expliqué le député Samuel Poulin, rapporté par Tvanouvelles.ca.

Commodafrica révèle l’existence d’une "technologie disponible via une application qui permet  à chaque particule de riz d'être échantillonnée et analysée, en particulier d’identifier le lieu de production".

"La sensibilisation à la fraude alimentaire est très limitée au Ghana et en Afrique. Cela a permis à de nombreuses personnes de duper des consommateurs peu méfiants. Lorsqu'il sera créé, le centre aidera à fournir des informations et à sensibiliser les gens à la fraude alimentaire et à l'authentification des aliments achetés et en leur possession", souligne Elvis Asare Bediako, doyen de l’école de l’agriculture qui milite pour la création d’un centre d’excellence sur la fraude alimentaire en Afrique. Tout est à lire sur Commodafrica.com.

Enfin, selon le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire, "tenir les objectifs de l'accord de Paris sur le climat coûtera 1.000 dollars par an et par habitant".

Sur Europe1, il demande un refinancement du Fonds vert pour le climat lors du G7 de Biarritz.

Mots-clés :

Votre avis