Le chantier de cette ambitieuse réforme confiée à Issoufou Mahamadou, président du Niger, champion chargé du suivi du processus de négociation porte déjà ses premiers fruits.

Face à ses pairs d’Afrique dimanche à Nouakchott lors de la 31ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA), Issoufou Mahamadou a présenté son rapport d’étape sur l’état des négociations de la ZLECAf.

Pour l’essentiel, le champion de la réforme a fait savoir que "la ZLECAf peut contribuer de manière significative à l'accélération de la transformation structurelle de l'Afrique que nous visons à travers le Plan d’action pour le développement industriel accéléré de l’Afrique (AIDA),le programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA),le programme détaillé de développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA), la vision Minière Africaine (VMA) et le plan d’action pour l’intensification du commerce intra-africain (BIAT)".

Le président Mahamadou a souligné que "le succès de la ZLECAf et la création de plus d'opportunités d'emploi pour les jeunes en particulier, auront un impact direct sur la restauration de la paix et de la sécurité durables sur le continent".

"Nous avons dépassé, depuis le 21 mars 2018, le point de non-retour en ce qui concerne ce grand rêve de l'Afrique. Ce qui nous reste à faire, c'est d'avancer vite et bien. Par conséquent, battons-nous avec confiance; n'ayons pas peur de prendre des risques si nécessaire et créons la dynamique qui nous permettra d'accroître le commerce intra-africain, de parvenir à l'industrialisation, de créer plus de perspectives d'emploi pour nos populations, notamment les jeunes, ainsi que d'instaurer la paix et la sécurité durables fondées sur la prospérité continentale", a-t-il lancé à ses pairs en guise d’exhortation.

Kenya, Ghana, Rwanda, Niger…les bons élèves

Le processus de ratification est sur la bonne voie, a salué le président Mahamadou. Le Kenya et le Ghana ont été les premiers à déposer simultanément leurs instruments de ratification le 10 mai 2018.

Le Rwanda a déposé ses instruments de ratification le 27 mai et a été le premier à déposer les instruments de ratification du Protocole sur la libre circulation des personnes. Le Niger a déposé ses instruments de ratification le 8 juin 2018.

Dans la foulée et pour donner plus de visibilité à cette réforme, la Banque Africaine d'Exportation et d'Importation (Afriexim), en collaboration avec le l’Égypte et la Commission de l'Union Africaine, organise la première foire commerciale intra-africaine au Caire du 11 au 17 décembre 2018.

Le président Issoufou Mahamadou a invité ses pairs à soutenir le gouvernement égyptien en participant à cette foire en marge de laquelle se tiendra une conférence qui comportera un segment de haut niveau pour les chefs d'État et de gouvernement présents.

A Nouakchott, tous les chefs d’Etat sont unanimes sur une seule chose : boxer en synergie pour faire prospérer l’Afrique. Les travaux de cette 31ème session s’achèvent lundi sur d’importantes recommandations.

Votre avis