Epices, biscuits, médicaments, riz, céréales, liqueurs à base du mil ou du palme, du jus... un cocktail assez bien garni qui rend la joie aux visiteurs de consommer bio.

Le maître des lieux, Vincent Amegavi, jeune entrepreneur dont la promotion et la commercialisation des produits fabriqués au Togo reste son principal défi.

"Les gens pointent souvent du doigt les prix qu’ils jugent un peu élevé par rapport à leur pouvoir d’achat. Par contre, ces mêmes personnes sont prêtes à s’offrir des produits importés à des prix un peu plus élevés. Ce qui nous fait croire que le problème se trouve ailleurs", confie –t-il vendredi à l’équipe du journal Agridigitale. La solution : intensifier la sensibilisation.

Incitez les togolais à consommer local

Pour lui, si le togolais ne consomme pas local, c’est qu’il n’a pas la moindre idée de ce que la consommation des produits locaux peut apporter au pays.

Cela devrait sans doute accélérer le processus de développement dans lequel se trouve le Togo et de ce fait sortir garantir plus l’autosuffisance alimentaire et préserver la santé des populations.

Et la maison des paysans répond à ce challenge mais ne peut pas tout faire seul, il faut un accompagnement de l’Etat pour lancer des campagnes de masse en vue non seulement d’inciter les agriculteurs à produire en quantité mais aussi, les populations à privilégier dans leur alimentation, les produits du terroir.

Mots-clés :

Votre avis