Qui peut bénéficier de l’accompagnement du MIFA, quels sont les critères d’éligibilité, quels sont les avantages offerts par ce mécanisme ?

Les réponses dans ce dossier du journal Agridigitale.

Qui peut être bénéficiaire du MIFA ?

Première précision de taille, le MIFA ne dispose pas d’argent pour mettre à la disposition des bénéficiaires.

C’est plutôt, une institution d’accompagnement et de facilitation d’accès aux crédits auprès des banques ou microfinances.

Il convient de rappeler que le MIFA est dans une phase pilote. Et pour être bénéficiaire de ses services, il faut d’abord être dans l’une des zones retenues ( ), et être cultivateur du Maïs, du Manioc et du riz ensuite disposer d’un plan d’affaires et se mettre en coopérative.

Comment ça va se passer ?

L’objectif principal du MIFA, c’est la réduction et le partage des risques par les acteurs de la chaine de valeur. Actuellement, les institutions financières exigent un certain nombre de garantis avant d’octroyer des crédits agricoles aux producteurs avec un taux d’intérêt compris entre 15 et 18%.

En plus, les délais de payement sont prédéfinis sans forcément tenir compte des aléas climatiques ou de la mévente.

Désormais, grâce au mécanisme MIFA, le taux d’intérêt, le délai de payement, les démarches administratives et les cautions ne feront plus obstacles à l’octroi de crédit agricole aux bénéficiaires de ce mécanisme financé par la BAD et le FIDA.

Le coordonnateur chargé des chaines de valeurs du MIFA, Noël Koutéra Bataka explique que "le MIFA va organiser la production avec les agriculteurs qui auront un accompagnement des conseillers d’exploitation agricole pour évaluer les quantités d’intrants, de main d’œuvre, de prestation de service et de toutes les opérations pour produire en quantité et en qualité le volume de produit que le marché aurait demandé.

A partir de cette évaluation, MIFA va s’approcher des institutions financières pour leur présenter ce besoin financier des agriculteurs et ceux-ci maintenant vont mettre en place le crédit pour l’agriculteur uniquement.

"Le crédit va être sur un compte qui va servir à payer les fournisseurs et les prestataires pour qu’ils délivrent les services dont le producteur aura besoin pour produire.  Le crédit permettra à l’agriculteur d’avoir la capacité à mieux produire. A la fin de la production, l’agriculteur livre au marché qui va rembourser l’institution financière afin qu’elle défalque le crédit accordé et envoie l’argent à l’agriculteur", explique M. Bataka.

Agriculteur sécurisé

Pour pouvoir sécuriser tout ce système, il y a une application qui est développée qui sert à produire l’information aux agriculteurs et à renseigner l’ensemble des acteurs de la chaine de valeur sur le processus d’évolution de la production. 

L’agriculteur reçoit aussi sur cette plateforme des alertes sur quel moment il doit semer et à quel moment il doit appliquer les engrais.

Il reçoit aussi les informations sur l’évolution du marché au besoin pour qu’il puisse mieux vendre.

Et pour que l’agriculteur ait aussi un minimum de revenu à la fin, il y une assurance qui est développée qui lui garantit une partie du capital selon la prime à laquelle il aurait souscrit.

14 Contribution(s)

  1. SOGAN Komi say:

    Ce programme est vraiment à louer.merci beaucoup aux initiateurs.Pour ceux qui remplissent deja les conditions précités, quel est la suite des etapes à franchir?

    21/11/2018 18:10:26
  2. PALANGA Lalawélé say:

    Félicitions aux promoteurs..........."A la fin de la production, l’agriculteur livre au marché qui va rembourser l’institution financière afin qu’elle défalque le crédit accordé et envoie l’argent à l’agriculteur", explique M. Bataka... c'est bien mais à mon humble avis et pour une durable réussite de ce projet dont je vois personnellement les fruits sur le terrain, les responsables de MIFA doivent composer avec les promoteurs de toutes les coopératives productrices pour mieux maitriser non seulement, les causes de défaillances dans les remboursements par les producteurs, des différents crédits dont certains bénéficiaient avant l’avènement de MIFA, mais aussi les différentes stratégies encours de mise en place pour régler ce problème.

    27/09/2018 14:25:48
  3. bignan alvyn say:

    Je suis ravis de tomber sur une sorte d'information. D'abord j'aimerai savoir comment faire pour que l'information atteind la masse? Et ensuite si on se met en cooperative et on remplis tous ces conditions pour etre éligible à MIFA, comment procéder pour s'inscrire? Et chez qui ou où s'inscrire?

    21/09/2018 12:18:46
  4. GBAGA FOURI YAO say:

    Parfaitement d'accord avec cette proposition de salaire pour le paysan avant pendant et après la campagne agricole. Ceci pourrrait non seulement réduire le détournement d'objectif des crédits agricoles mais aussi encourager le producteur dans le vivre quotidien.

    26/08/2018 05:54:46
  5. ALIWA Kouwama say:

    Je souhaiterais que la MIFA s'intéresse aussi à la mécanisation aussi, notamment le matériel de récolte surtout pour le riz( moissonneuses batt'euses)

    15/08/2018 19:03:04
  6. Olivier OLOU-ADARA say:

    Quelles sont les institutions de microfinance qui ont été choisi et si une microfinance dans une zone voudrais faire partie de ce processus quelles conditions doit-elle remplir?

    18/07/2018 15:05:53
  7. SALAMI-ODJO Mouftao say:

    Le bon sens voudrais qu'on apprécie les efforts de nos dirigeants et des partenaires. Mais une chose nous tient à cœur, vivement celui de l'aboutissement du projet qui soulagerait un temps sois peu la misère du paysan togolais. L'autres est la nécessité de la mise en place de mutuelle pour permettre aux fonctionnaires de premier rang que constituent les paysans (+ 70 % population) et pèse dans la balance commerciale du pays, d'avion accès à l'assurance maladie et de cotisé pour leurs vieux jours. Ainsi nos concitoyens se sentiront valoriser, prise en compte et non laisser pour compte, vivement de grâce.

    11/07/2018 22:49:50
  8. Yaya Moutaïrou say:

    Une bonne inititive mais il faut aussi penser à étendre cet acces à la production animale car les aviculteurs togolais ont tous problèmes à faire développer leur secteur

    10/07/2018 17:18:59
  9. Dolama mamana say:

    Merci pour cette initiative. Si tout ce qui à été dit en terme de conditions d'éligibilité est respecté, j'ose croire que le MIFA fera la fierté de tous les Togolais

    06/07/2018 12:04:38
  10. AGUi Agouzou say:

    Merci pour cette belle initiative. l'Afrique sera sauvée.

    03/07/2018 02:08:40
  11. GOMASSI BRICE say:

    Une initiative louable et a encougee, nous somme tous conscient que beaucoup de projets Agricole n'ont souvent pas aboutis, mais le seul fait de ne pas abandonner est en lui seule deja une reussite. . Une petite suggestions permettez le moi, et si d'un on mettais un salaire sur future vente du paysans, lui permettant de repondre a ses besoins quotidient avant, pendants et apres la production. ..? Nous savons sans aucun equivoque que les paysans par besoins quotidient sont des fois contrain de vendre les semences ameliorer et une parties des engrais .... trouver une approche de solution a cette triste situation ne contribuerait il pas a MIFA de reussir la où d'autres ont echouer. ..? De deux financer le system d'irritation pour amener le paysans a travailler environ 10 mois sur l'annee contrairement au 6 mois depuis des annees, c'est un manque trop grand a gagner, c'est impossible de travailler 6 mois par annee avec des doutes tout au long de sa vie et espere devenir autonome jusqu'a epargner. .. Nous sommes deja defficitaire et ne pouvons plus nous mentir en voulant seulement essayer, mais de prendre en consideration nos realites et prendre les teauraux par les cornes, ca passe ou sa casse. . Investir enormement dans la culture biologique et energies propres en utilsant le maximum de fumure a base de fiente d'animaux et moins de pesticides pour que quand nous aurons reussit un jour que notre reussite ne soit pas au meme niveau que l'echec et les problem des pays occidentaux aujourdhui a savoir les terres empoisonner par les pesticides, les sols mort avec l'utilisation des engrais chimic et surtout le development du Cancer qui a lui seul tue plusque le paludisme, le sida et la tuberculose reunis malgres leur avancer medical. . Nous sommes vierge, misons donc dans une meilleurs agriculture des maintenant

    02/07/2018 12:58:40
  12. SIATITSE ANTOINE say:

    Votre commentaire * La transformation (du manioc par exemple) est prise en compte ?

    01/07/2018 18:32:59
  13. Aliwa kouwama say:

    Beaucoup de projets n'ont pas réussi à cause du seul partenariat entre producteurs et gouvernement où les fonds sont toujours détournés au détriment de l'objectif. Ce qui n'est pas le cas ici. Bonne initiative s'il aura du sérieux du côté des agriculteurs

    29/06/2018 14:43:24
  14. ASSOGBA KOKOU say:

    M E R C I

    29/06/2018 12:09:47

Votre avis