Sandra Ablamba Johnson (photo agridigitale)

Tout en devenant le 6ème Top performer au monde, Lomé s’impose comme le 1er réformateur dans l’Uemoa et 2ème Top performer en Afrique après le Rwanda.

Le pays occupe la 2ème place dans l’UEMOA derrière la Côte d’ivoire classée 122ème et le Togo 137ème.

Que retenir des réformes faites par le Togo?

Sur les douze derniers mois, le Togo a énormément fait pour l’amélioration du climat des affaires. La facilité de création d’entreprises s’est améliorée avec entre autres la réduction du capital minimum requis ; la réduction des frais d’enregistrement; l’introduction d’une plateforme en ligne pour la recherche de la raison sociale.

Le processus de transfert de propriété a également fait l’objet d’amélioration. Le temps nécessaire pour la procédure est considérablement réduit par la numérisation de la majorité des titres fonciers à Lomé et la création d’un bureau exclusivement dédié à cette procédure.

Le Togo a facilité aussi l’exécution des contrats en adoptant une loi qui règlemente les aspects de la médiation comme mécanisme alternatif de règlement des différends.

Le paiement de taxes devient de plus en plus facile grâce à l’opérationnalisation de la télé-déclaration notamment de l’impôt sur le revenu des sociétés (IRS) et celle de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Le coût d’obtention du permis de construire est également réduit et le traitement du dossier est de plus en plus sûr.

Au total, les réformes ont porté sur six indicateurs entre 2017 et 2018 permettant au Togo à se hisser au 137ème rang mondial.

"Ce résultat est le fruit d’un travail collectif partant du Chef de l’Etat jusqu’à tous les acteurs impliqués de près et de loin. Mais c’est un stimulant pour mieux faire car la population attend plus de nous. La volonté du Togo est de passer à un classement mondial de deux chiffres", a indiqué Sandra Ablamba Johnson, Coordonnatrice de la Cellule Climat des Affaires (CCA).

Entre autres défis à relever, renforcer les réformes sur la création d’entreprises notamment le texte sur le décret d’application confirmant la création en ligne. Le guichet unique du commerce extérieur (GUCE) attend aussi le décret d’application sur le paiement électronique.

Pour le premier ministre, Komi Selom Klassou, le Togo ne cesse de prouver à la face du monde sa volonté de bien faire.

Par rapport au MCC, sur 20 critères, le Togo vient de valider 14. Selon l’indice Mo Ibrahim, le pays fait partie des 15 pays réformateurs surtout en Afrique.

Tout récemment, l’organisation mondiale du tourisme aussi a classé le Togo comme 2ème au monde après l’Egypte pour une progression respective de 55,1% 46,8%.

Votre avis