Acte incivique d'un riverain du 4ème Lac rempli d'immondices

Les riverains et bénéficiaires du 4ème Lac inauguré en fin mai 2018 par le président Faure Gnassingbé en présence de Neven Mimica, Commissaire européen à la coopération internationale et au développement font preuve d’incivisme notoire dans la gestion de cet important joyau.

S’il faut reprocher au projet de n’avoir pas pris initialement en compte la couverture des principaux caniveaux, le comportement des riverains n’est pas à apprécier.

Pour bon nombre, c’est un bel endroit pour faire ses besoins (déféquer) ou uriner comme le cas du monsieur (photo) qui n’a eu aucune inquiétude malgré les flashs photo du reporter du journal Agridigitale.

Lire aussi : 4ème Lac : au-delà du folklore, couvrir les caniveaux à ciel ouvert

Selon le constat fait sur les lieux (côté Akodessewa), les ordures ménagères, les excréments, les déchets plastiques ont rempli l’ouvrage et dégageant ainsi une odeur suffocante.

Difficile de respirer ou de tenir une seconde à contempler cette couleur d’eau aujourd’hui verdâtre contrairement à l’état il y a quelques mois.

Godfrey Kossi parle de pure provocation

Interpellé, le coordonnateur du projet, Godfrey Kossi Ehli affirme son impuissance par rapport à la tournure des actes inciviques posés par les riverains. 

"Toute une stratégie avait été mise en place durant les travaux. Elle a consisté en une sensibilisation porte à porte menée par des pairs. Et durant tout ce temps les actes inciviques ont diminué. Mais actuellement après la livraison de l’ouvrage, il n’y a plus de fonds pour continuer cette action pendant au moins 3 à 4 mois. C’est maintenant que nous plaidons pour un nouveau financement auprès de l’Agence française de développement (AFD)", explique –t-il. 

Il pense que le reste relève de la pure provocation de la part des populations riveraines.

"Elles ont bien compris les messages de sensibilisation, mais elles veulent défier l’autorité voir ce qu’elle peut faire. Nous avons même été témoin des gens qui jettent les eaux de toilettes directement dans le lac. D’ici au 20 septembre, des ateliers seront organisés avec les différents acteurs. Cela nous permettra de confier à l’institution appropriée, si c’est la mairie par exemple, la gestion de l’ouvrage. Il sera alors question de mettre en place une brigade pour sanctionner les actes inciviques qui seront posés", a-t-il ajouté.

L’ouvrage faut-il le rappelé est un produit du Projet d’Aménagement Urbain du Togo 2  (PAUT II) qui devra permettre de lutter contre les inondations aux populations des quartiers de la partie Est de Lomé.

L’endroit est aussi prévu être viabilisé en créant des activités commerciales le long du lac. Pour l’heure, les actes posés par les riverains risquent de faire partir en éclat toutes ces bonnes intentions des premières autorités du pays.

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. MADETIN K. rodrigue say:

    Qu'une commission soit en mise en place pour ramener les riverains à l'ordre. Car ca va dans leur intérêt et le plutôt sera le mieux

    10/09/2018 11:44:40

Votre avis