Cabosse de cacao atteinte de pourriture brune (photo agridigitale)

Le projet prend en compte 7 pays de l’Afrique de l’ouest et du centre dont le Togo et a pour principal objectif de mettre à la disposition des producteurs du cacao des fiches techniques pour identifier et signaler au plus vite la présence des maladies et insectes ravageurs dans leur champ de cacao.

Une démarche beaucoup plus préventive où, dès qu’une anomalie est constatée, les structures techniques seront saisies et intervenir au plus vite pour contrer la maladie identifiée et rompre la chaîne de propagation de manière à sauver de justesse la culture et à réduire les dégâts.

Lire aussi : Le cacao assure vos revenus pendant 30 ans

Dr Chantale Goto, responsable des programmes à Institut Togolais de recherche agronomique(ITRA) a prévenu que les nouvelles maladies (la pourriture brune des cabosses, la cochenille et le foreur de tronc) sont déjà présentes en Asie et en Amérique et peuvent à tout moment débarquées au Togo.  

"Il est important que nos producteurs puissent être formés sur la reconnaissance des symptômes de cette maladie de manière que dès qu’ils vont apparaitre dans les champs qu’ils puissent faire appel au structures techniques devant reconnaître la maladie et prendre des mesures pour limiter leur propagation.  Ces maladies causent beaucoup de dégâts dans la filière cacaoyère dans le monde", a-t-elle indiqué.

Lire aussi : ‘J’ai eu mon visa pour la Suisse grâce à mon champ de cacao’

Cinq fiches techniques de reconnaissance et de gestion des maladies cacaoyères ont été mises à la disposition des producteurs de la région des plateaux pour endiguer la pression parasitaire et préserver la filière.  

La première fiche fait cas de toutes les maladies et les ravageurs ; ensuite deux fiches plus larges mettent l’accent sur les nouvelles maladies qui ne sont pas encore au Togo et les deux dernières fiches parlent des insectes.  

Lire aussi : Impossible de faire du miracle avec un effectif vieillissant

"Ces fiches techniques vont d’abord permettre à nos techniciens et producteurs de pouvoir très rapidement reconnaître les maladies sur le terrain et mettre en place des mesures adéquates pour les combattre", a salué  Dr Ayefoumi ALE Gonh-goh, directeur général de l’ICAT.

Le cacao est le 3ème produit agricole d’exportation du Togo après le coton et le café.

Votre avis