Cissé Kayamanga

Son entreprise Strathmannn-Cissé spécialisée dans la transformation séchée de l'amande blanche de noix de cajou et basée à Sokodé (région centrale) emploie actuellement 35 permanents.

"Je suis parti en Allemagne en octobre 2012. De là, j'ai réfléchi à ce qu'il faut faire pour aider les jeunes de Sokodé pour qu'ils ne pensent pas à l'exode rural. J'ai commencé avec le bois, ensuite le café et le cacao mais cela ne profitait pas à tout le monde. J’ai donc décidé d'implanter une usine de transformation de noix de cajou à Sokodé parce que c'est un produit qui vient majoritairement de la localité et aussi pour pouvoir aider les jeunes à se prendre en charge", raconte Cissé à Agridigitale.

Le joyau vaut 120 millions

Matière première disponible dans la région

La mise en place de l’entreprise et son opérationnalisation selon Cissé lui a coûté la bagatelle somme de 120 millions. Une usine de transformation de noix de cajou lancée il y 6 mois déjà.

L'amande brute pour s’y retrouver au finish blanche parcourt un circuit de plusieurs étapes. Mais Cissé précise encore que son entreprise n’exporte que 50% vers l’Allemagne où le marché est garanti et le reste de son produit fini étant commercialisé au pays par principe.

265 producteurs organisés apportent de la matière première à cette entreprise.

Lire aussi : Les technologies diffusées par le PPAAO ont touché 225.000 producteurs

100 concasseurs offerts par le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) sont venus changer le système de travail dans l’entreprise.

"Nous concassions beaucoup plus manuellement avant cette offre du Ministère de l’Agriculture", témoigne-t-il en guise de reconnaissance.

La transformation d’abord

Cissé ne se réjouit pas encore de ses réalisations. Pour l’instant il lève la barre plus haute pour l’atteinte de ses objectifs.

"Nous envisageons employer jusqu’à 150 personnes, et doubler le nombre de producteurs avec espoir de transformer des milliers de tonnes de noix de cajou dans les années à venir", projette-il.

Lire aussi : Togo: 15 mille tonnes de noix de cajou exportées en 2018

"Je me rends compte que c’est plus de 15 mille tonnes de noix de cajou brutes qui sortent du pays par le port", constate Cissé qui encourage la transformation des noix de cajou.

Pour le nationaliste, la solution se trouve dans la conscientisation des producteurs sur les multiples avantages qui amènent les exportateurs à en rafler et cela fait partie de son programme imminent.

Votre avis