Boyindjo Awoussi Tchakala

Son organisation a déjà créé sept forêts communautaires dans sept cantons de la préfecture de Tchaoudjo  et a restauré la colline d’Atindjori, dans le canton de Kpassouadè (région centrale du Togo).

Le pari a été tenu affirme –t-elle grâce à l’appui financier de 11 millions Francs CFA du ministère de l’environnement à travers son programme décentralisé de gestion de l’environnement, le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et le Programme des nations unies pour le développement (PNUD).

Lire aussi : Yaya : Officier de mérite agricole !

"Les fonds ont servi à faire des sensibilisations, acheter des plants pour réhabiliter 35 hectares de forêts communautaires dans sept cantons dont Tchalo, Sokodé, kpangalam, Kpassouadè, Kparatao et à restaurer la colline d’Atindjori d’une superficie de 10 hectares. Nous avons également appuyé certaines personnes en Activités Génératrices de Revenus (AGR) en leur offrant des petits ruminants et des volailles de race", détaille Mme Tchakala.

Elle témoigne que "son projet doit sa réussite à la sensibilisation, la communication et surtout, l’aide des leaders d’opinion qui ont facilité le travail de changement de mentalité des populations qui aujourd’hui, se sont appropriés du projet de restauration et de conservation du couvert forestier".

Lire aussi : Police de la nature et de la forêt

"Nous avons mis en place un comité dénommé brigade verte communautaire. Ce sont des volontaires par canton qui ont pour rôle de prendre soin de ces forêts. Ils sont là pour réagir lorsqu’il y a un petit souci comme des feux de brousse et interpeler les gens devant les chefs canton en cas de coupure anarchique de bois ou tout désagrément pouvant porter atteinte à la forêt", explique-t-elle.

Les braconniers et les peuhles nomades demeurent aujourd’hui un casse-tête aujourd’hui pour Mme Tchakalla.

"Nous prions le pouvoir central de nous aider avec cette question de transhumance pour que nous puissions sauvegarder nos aires protégées, nos acquis, nos récoltes", plaide-t-elle.

Lire aussi : Une tortue raccompagnée en mer par un garde côte

L’ONG Dimension Humaine appelle à l’accompagnement en vue de soutenir ses initiatives en faveur de la création des forêts communautaires dans d’autres localités de la région. Car pour elle, c’est la seule manière de sauver la planète du réchauffement climatique.

Mots-clés :

Votre avis