Adoté Akwei milite pour l'assurance aux paysans

Depuis 2017 où elle a démarré ses activités avec une centaine de producteurs d’ananas issus d’un groupement dans la préfecture du Zio, Lorica Assurance accompagne les groupements agricoles et les promoteurs qui sont dans le domaine de l’agro business à trouver des solutions de couverture pour eux-mêmes et leurs employés.

"Nous pensons que toutes les chaînes de valeur qui sont impliquées dans le monde agricole doivent à leur niveau être couvertes par les produits d’assurance pour être sûrs que tous les maillons de la chaîne puissent être productifs pour le développement de l’agriculture au Togo," souligne M. Akwei.

Lire aussi : MIFA veut assurer aux paysans leurs vieux jours

Spécialisé dans la micro assurance santé et la micro assurance agricole, cette société de courtage s’adresse essentiellement aux populations rurales et aux travailleurs du secteur informel pour apporter des solutions qui sont adaptées à leur réalités et aussi à leur pouvoir d’achat.

Dans le cadre d’un partenariat avec un assureur du marché, Lorica a accompagné le programme du MIFA (Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage du risque) en 2018 dans sa phase pilote.

"Nous avons pu enrôler près de 4000 producteurs de riz, maïs, soja dans plusieurs zones du Togo que nous avons pu couvrir en santé et également avec un produit d’assurance sècheresse pour la phase pilote du MIFA," confie-t-il à agridigitale.

L’assurance agricole couvre généralement tous les aléas climatiques à savoir, la sècheresse, l’inondation, les parasites qui attaquent les productions végétales et aussi la transhumance.

Lire aussi : Voici l’assureur du monde paysan

"En cas de sècheresse par exemple, nous allons prendre les relevés des stations météorologiques et sur cette base, nous allons voir si le seuil minimum de pluie nécessaire pour que votre plante puisse réussir est atteint. Si cela n’est pas atteint, on va vous indemniser à 25, 50 ou 100 % en fonction de votre souscription," illustre M. Akwei.

Conscient qu’un producteur de manioc est plus préoccupé par l’inondation alors que le problème du producteur de maïs c’est la sècheresse, il convie le cabinet BARAC, retenu pour l’étude de faisabilité pour la mise en place d’une assurance agricole au profit des producteurs agricoles au Togo, à faire un travail de fond pour sortir des solutions durables.

Il espère que les produits soient accessibles financièrement aux producteurs et que cette couverture puisse répondre au besoin de chacun.

Votre avis