Kodjo Antoine DZAMAH

Contrairement à beaucoup de jeunes africains qui tentent désespérément l’aventure à s’établir en occident pour un quelconque eldorado, Kodjo Antoine DZAMAH a plutôt fait le bon choix.

"L’un des faits qui a renforcé ce rêve de devenir entrepreneur agricole était de voir l’étendue des terres cultivables en France lors de mon parcours", raconte –t-il à agridigitale.

Tout près de Djagblé (banlieue de Lomé), précisément à Djogblakopé, Antoine a depuis bientôt 30 ans, changé tout, transformé tout ce qu’il y a de mieux dans son environnement, dans ce centre mythique baptisé "SICHEM".

"La ferme SICHEM développe en son sein l’agriculture (maïs, manioc, patate douce, quelque fruitier), l’élevage et pour ces 10 dernières années, elle s’est lancée dans la transformation de ses produits", témoigne l’entrepreneur agricole à succès.

 Le président du SICHEM se félicite déjà de la parfaite réussite de toutes les activités menées dans cette ferme-école dont la reconnaissance va aujourd’hui, au-delà des frontières.

"Pour la campagne 2017, nous avons produit plus de 1500 bouteilles de sirops, plus de 300 bouteilles de confitures, 10 mille purée de tomate", révèle –t-il.

Marc Vizy sur le site du SICHEM (photo ambassade de France)

Outre la transformation, SICHEM s’est également lancée dans la culture des plantes médicinales principalement l'artemisia (l’un des meilleurs remèdes contre le paludisme) et forme depuis lors, des jeunes entrepreneurs passionnés de l’agriculture ou de l’élevage.

 "Le centre  forme des entrepreneurs agricoles ; des gens capables de repérer dans leur milieu des opportunités et mettre en route des projets qui valorisent ces opportunités", souligne Antoine qui ajoute qu’une soixantaine de jeunes sortie du SICHEM est aujourd’hui  lancée sur le terrain et bénéficie de l’accompagnement des experts.

En novembre dernier, l’ambassadeur de France, Marc Vizy a visité la ferme de production et de formation de l’association SICHEM.

SICHEM propose aussi des formations professionnelles en maçonnerie et de la briqueterie à base de matériaux locaux durables aux jeunes.

Votre avis