Le plus marquant, le tronçon Katchamba-Sadori long de 60 Km est un facteur important pour le développement du Nord-Ouest du Togo allant donc au-delà de la desserte de la région de la Kara. 

Des ponceaux qui sauvent déjà

Prévu pour un délai d’exécution de 39 mois, l’aménagement de la route Katchamba-Sadori comporte aussi la construction de 2 ponts sur les fleuves Kara et Koumongou.

Les travaux ne sont pas encore finis mais des ponts provisoires ont été construits pour faciliter le déplacement des passagers.

«J’habite à Guérin-kouka dans la préfecture de Dankpen. Pour me rendre à Dapaong, je passais par Kara avant de prendre la route Nationale N°1 ; un véritable parcours de combattant. A peine les ponts provisoires érigés, quelle que soit la saison, j’emprunte facilement la route Katchamba-Sadori et j’y gagne en temps et en carburant», confie Mamoudou, un passager empruntant le tronçon.

«Lors de la collecte des données dans la préfecture de l’Oti, pour nous rendre à Takpamba, nous parcourions plus une soixantaine de Km à partir de Mango pour arriver à Naboulougou avant de prendre la route de Takpamba, et tout ce parcours à cause du fleuve Koumongou», raconte un agent de collecte de données de l’Institut chargé des statistiques au Togo.

Pour un responsable de la Direction Régionale de l’Hydraulique villageoise de la région des savanes, la construction de la route Katchamba-Sadori a augmenté la fréquence des mouvements de la direction dans la zone car «le ponceau de Koumongou nous sauve beaucoup. Avant cet ouvrage, notre véhicule ne pouvait pas passer par Koumongou en saison pluvieuse».

En attendant le sacre

Le projet n’étant pas encore complètement réalisé, certains passagers parmi lesquels Mamoudou relèvent certains soucis.

«La route est poussiéreuse et plein de trous par endroit surtout entre Nali, Naboutibou et Takpamba.  Tu risques de perdre tous les  écrous sur ton engin », se plaint-il.

«J’espère que les travaux prendront fin le plutôt possible pour jouir complètement de ce bienfait » a-t-il ajouté. Mais on observe déjà signes d’électrification et l’amélioration des constructions sur le tronçon, des signes d’un lendemain meilleur dans la zone.

Le bonheur des uns, un malheur pour les autres

Pour la plupart des riverains et passagers du tronçon Katchamba-Sadori, le projet de construction de cette route est plus qu’un avantage pour eux.

Par contre, Fousseni, le piroguier qui a disparu de la circulation après la mise en place du ponceau, c’est la fin de ses belles recettes,  lui qui se faisait un chiffre d’affaire important dans le transport des personnes et des marchandises pour la traversée du fleuve Koumongou.

Le projet de construction de la Route Nationale (RN) 17 est sous la houlette du Ministère des infrastructures et des transports. Le tronçon Katchamba-Sadori long de 60 km et comportant la construction de 2 ponts est financé par l’Agence Japonaise de Coopération Internationale et l’Etat togolais.

Mots-clés :

Votre avis