Un moteur de recherche de l’industrie agroalimentaire africaine (AABE)

Le Fonds d’assistance au secteur privé en Afrique (FAPA) appui un ambitieux projet porté par la BAD, l’Union africaine-NEPAD (nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique).

Il s’agit de la mise sur pied d’un moteur de recherche de l’industrie agroalimentaire africaine (AABE) qui sera chargé d’identifier les possibilités d’investissement et de financement dans l’agriculture et l’industrie agroalimentaire.

Le moteur de recherche axera ses activités sur le Mozambique, la Zambie, l’Éthiopie, le Rwanda et le Kenya.

Les objectifs spécifiques du moteur de recherche de l’industrie agroalimentaire africaine sont de renforcer la connaissance du marché et mettre en place une veille économique au niveau des pays pour les chaînes de valeur prioritaires, et de développer des plateformes de chaînes de valeur pour les moteurs avec un flux de propositions de PME agricoles innovantes et bancables.

Grâce à ces objectifs, le projet permettra de déterminer les possibilités d’investissements commerciaux dans les chaînes de valeur des produits de base stratégiques et présentera un portefeuille fiable de projets susceptibles d’être financés et qui pourront rapidement trouver un investissement financier.

Le projet sera mis en œuvre par Grow Africa et placé sous la tutelle de l’Agence de développement de l’Union africaine - Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (AUDA-NEPAD).

Lire aussi : Transformer radicalement l’agriculture par la technologie

L’un des résultats attendus du moteur de recherche est la présentation d’accords pré-entérinés auprès de partenaires continentaux de premier plan lors de l’Africa Investment Forum qui se déroulera du 11 au 13 novembre prochains à Johannesburg, en Afrique du Sud.

"Le lancement du moteur de recherche de l’industrie agroalimentaire africaine est important, car le financement privé est essentiel pour la progression du secteur agricole dans la chaîne de valeur et pour que l’Afrique commence à se nourrir elle-même, avant de nourrir la planète", se félicite Jennifer Blanke, vice-présidente de la Banque africaine de développement en charge du développement agricole, humain et social.

Si déjà, le Japon se dit prêt à apporter son assistance technique dans la réussite de ce projet, la Banque africaine de développement s’engage à mettre en place un portefeuille dactivités intégré qui génère et active des investissements pour les agro-industries et les PME agricoles à financer, dans les chaînes de valeur prioritaires du continent.

La BAD souligne qu’il est indispensable de permettre un financement inclusif dans le secteur agroalimentaire et de développer l’accès au marché pour les PME et les petits exploitants.

Mots-clés :

Votre avis