Berthé ZANGA, artiste dramaturge ivoirien

Construit à partir de 1940 sur l’une des collines de la région des plateaux, en pleine forêt, il faut parcourir moins d’une vingtaine de km de la ville Kpalimé (120 km de Lomé) pour arriver au pied de cette tour, baptisée "Château Vial".

A 79 ans, le château Vial a perdu son éclat, son attirance d’antan mais demeure malgré tout, une vraie curiosité touristique. Un petit détour sur les lieux a permis à agridigitale et Berthé ZANGA, artiste dramaturge et metteur en scène ivoirien de revisiter l’histoire du château qui jadis, recevait les hôtes de marques.

La petite histoire de BATAROU

Visite guidée du château Vial

Tina BATAROU est gardien des lieux depuis 25 ans et guide touristique du site. Le Français VIAL aurait mis quatre ans (1940-1944)  pour bâtir ce château.

À l’époque raconte-il, les ouvriers qui y travaillaient étaient payés à 25 franc français et les manœuvres à 15 franc au quotidien. 

"Vial fit de ce lieu, sa maison où après ses tournées de travail, y passait les week-ends pour se reposer. Avant de rentrer chez lui en France, il décida de revendre ce château à l’Etat togolais dirigé alors par le feu président GNASSINGBE Eyadema", poursuit-il.

Il faut noter que le château de Vial n’était pas aussi grand que ça à l’époque.

"C’est après la rénovation de 1979 que le château comportait en plus d’un grand salon, trois chambres (une pour le président lui-même, une pour les présidents étrangers puis le dernier pour le chef de protocole). À côté, il y avait une autre suite de huit chambres réservée pour les ministres", souligne –t-il.

L’anecdote qui vaut son pesant d’or

Selon le guide Batarou, la parenthèse démocratique qu’avait connue le Togo pendant la période de la transition (début 1990) a eu des effets sur la gestion du château. 

"Les nouveaux ministres nommés pendant la transition s’étaient retirés de la ville pour s’héberger au château et principalement, la chambre du président de la république aurait été occupé. Une fois informé, le président d’alors aurait pris la décision de ne plus venir sur les lieux", raconte le gardien du temple, tout triste.  

Depuis ce temps, le château fut délaissé et tout tombait en lambeaux.

Reprise en main depuis 2010 !

Selon un fonctionnaire préfectoral de la région, c’est à partir de 2010 que la préfecture de Kloto avec l’accord des pouvoirs publics, a décidé de faire du château, un site touristique.

"Le trafic des visiteurs est très important surtout pendant les vacances et les périodes de semaines culturelles. Pour accéder au site, il faut avoir une autorisation de 5000 franc CFA délivrée par la préfecture", signale l’agent préfectoral rencontré à l’entrée du site.

Si depuis lors, TINA et ses deux compagnons gardiens se donnent à cœur joie pour gérer le site vaille que vaille, leur seule inquiétude, demeure l’approvisionnement en eau, car chaque jour, il faudra parcourir 3km pour obtenir de l’eau buvable et pour faire la cuisine. 

SOS pour sauver Vial

Ce qui reste du château Vial n’est peut-être que son charme extérieur. De l’intérieur, rien et rien de bon. Tout est en décrépitude. Toiles d’araignées par ici, et moisissures par-là,  meubles et tableaux sont dans un état très piteux, pas digne d’un lieu touristique.

De la nécessité de réhabiliter le château

Le réalisateur BERTHE qui a succombé à la beauté architecturale du site  regrette cependant le silence de l’Etat Togolais sur la réhabilitation de cette tour magnifique et vétuste dont la belle architecture donne toujours une agréable vue panoramique de kpalimé.

"Si nous devons montrer des vieilleries à des touristes pour que les gens puissent les retenir, cela ne fait pas trop la fierté de l’Afrique. Les autorités doivent vraiment prendre en charge ce site afin de le remettre en forme pour qu’il soit plus visible que ça. Les gens doivent cesser d’écrire sur les murs", dénonce Berthé ZANGA, metteur en scène ivoirien.

Etant donné que le château se trouve dans une forêt, il suggère d’avoir un programme de préservation de cette immense forêt qui fait la fierté de la ville de Kpalimé.

La relance du tourisme est aujourd’hui au cœur des priorités de l’Etat Togolais. La réhabilitation du château Vial serait d’un atout indéniable pour drainer davantage de touristes et de devises.  

Si l’Etat ne peut seul faire face à cela, le recours au modèle PPP (partenariat –public-privé) pourrait être aussi une alternative pour mobiliser les ressources pour refaire de ce site, l’un des meilleurs lieux d’attraction du pays.

-------------

ANANI E. & SANDALI P. de retour du château Vial pour agridigitale

Votre avis