Une filière porteuse

Robert SEDJRO, président des exportateurs de la filière anacarde a lors d’un panel sur le site de la Foire de Lomé félicité les acteurs de la filière tout en reconnaissant que beaucoup reste à faire.

"Le Togo est le pays le moins producteur de noix de cajou de la sous-région et est derrière la Côte d’ivoire (750 mille tonnes), le Bénin (200 mille tonnes), le Ghana (200 mille tonnes),  la Guinée (150 mille tonnes), et le Burkina (120 mille tonnes)", informe M. SEDJRO.

Robert SEDJRO

Il a lancé un appel pressant à tous ceux qui s’intéressent à l’agrobusiness de s’investir dans ce secteur qui représente sans doute une partie prenante à l’économie nationale.

"Pour les campagnes passées, sur un hectare, les producteurs récoltaient à peu près 400 à 500 kg. Mais avec les plants améliorés que produisent les pépiniéristes, la récolte peut atteindre 800 kg voir 1 tonne à l’hectare", a-t-il dévoilé.

Lire aussi : L’anacarde : le fruit qui fabrique des millionnaires

Et pour la prochaine campagne qui s’annonce, Robert SEDJRO pense qu’il faut renforcer l’adhésion de nouveaux membres, promouvoir la transformation locale et améliorer davantage les rendements.   

Le produit de base pour la filière anacarde est la noix de cajou et ses produits finis sont du jus à partir de la pomme, l’amande blanche et l’amande grillée destiné à différents marchés. Lancez-vous !

Votre avis