Enselme GOUTHON encourage à la consommation de café en Afrique

Un projet de promotion de la consommation intérieure de café en Afrique a été officialisé. "Le projet s’inscrit dans la logique de la transformation et la consommation des produits locaux," souligne Enselme GOUTHON, Secrétaire Général du Comité de Coordination pour les Filières Café et Cacao (CCFCC) du Togo.

Le commerce du café a beau être en plein essor dans les pays développés consommateurs mais, les prix sur les marchés mondiaux sont de nouveaux très bas. Des effets négatifs se font du coup ressentir dans les pays où la production et la commercialisation du café sont des activités vitales dans l’économie.

"Cette mauvaise conjoncture est provoquée par le déséquilibre actuel entre l’offre et la demande. Et comme ce déséquilibre est récurrent sur le marché du café, il convient de créer des conditions qui puissent préserver la dynamique du secteur de café dans les pays Africains quel que soit le choc extérieur," justifie Dr. Denis SEUDIEU, représentant de l’OIC.

Lire aussi : Comment se porte la filière café cacao au Togo ?

Estimé à 510 000 dollars, le projet est soutenu par l’Organisation Internationale du Café (OIC) pour la période 2019-2020.

Lancement du projet de consommation locale du café

"Le gouvernement Togolais apportera tout son soutien et appui à la réalisation des activités de ce projet dont la mise en œuvre devra permettre à coup sûr le développement des unités de transformation, la création de la valeur ajoutée et la création d’emplois. Ceci devra permettre à termes, de tirer la production du café vers le haut," rassure Kodzo Adédze, ministre du commerce Togolais.

Il a convié les délégués venus des pays membres de l’OIAC à identifier les vrais obstacles et proposer des actions structurantes pour organiser davantage la filière café, renforcer les organisations professionnelles et coopératives locales et améliorer la compétitivité des unités de transformation en Afrique.

La promotion de la consommation de café fait partie de la stratégie quinquennale de l'OIAC approuvée par ses membres lors de sa 57e Assemblée générale annuelle qui s'est tenue en février 2018 à Grand Bassam (Côte d'Ivoire). Cet effort fera partie des programmes clés de la Facilité de soutien au café d'Afrique.

Lire aussi : Prix minimum d’achat bord champ : Café 700F, Cacao 750F

Tous les pays africains producteurs de café signataires de l'Accord international de 2007 sur le Café sont membres de l'OIAC et, conformément aux directives établies par l'Assemblée générale de l'OIAC, bénéficieront des activités de la Facilité de soutien.

En Afrique, le café est une culture de rente dont dépend la survie des populations rurales représentant plus de 60% de la population totale.

------------

ANANI E.

Votre avis