La multiplication végétative pour accroître le rendement

D’abord, à ceux qui pensent que leur salut se trouve en occident : " L’Afrique ce n’est pas jolie ok ! On souffre trop en Afrique ok ! Au Togo il n’y pas des emplois pour les jeunes ok ! La France pille nos richesses ok ! Maintenant on fait quoi ? Ceux qui pensent que c’est l’Europe leur salut, ils n’ont qu’à s’y rendre et nous laisser tranquille".

Ensuite, à ceux qui sont restés au pays, au lieu de travailler dur, passent tout leur temps sur les réseaux sociaux : "S’il vous plaît osez, ne perdons pas notre temps à insulter sur les réseaux sociaux. Il faut profiter de la grande population qui se connecte chaque temps pour créer notre business et attirer plus de clients".

Pour tout dire, TATCHIDA surnommé le "petit Agbalenyon*" pense que le Togo est une terre d’opportunités et qu’on peut prospérer si l’on se met au travail.

Lire aussi : Du champignon pour remplacer le NPK…Urée ?

Co-fondateur et Coordonnateur General de la startup de prestation de service agricole AGRE (Agronomie et Gestion de Ressources Environnementales), Louis est spécialisé dans la multiplication végétative et transfert chaque jour, son savoir-faire aux petits producteurs.

En quoi consiste la multiplication végétative ?

Dans le règne végétal la reproduction peu se faire par voie sexué ou asexué dans la nature. On parle alors respectivement d’une reproduction sexuée qui donnera une graine et d’une reproduction végétative qui donnera directement une jeune plante sans passé par la graine.

Louis TATCHIDA

Cette dernière qui explique ce que nous appelons par une multiplication végétative, obtenir directement une plante viable à travers une partie d’un autre pante.

C’est la même méthode qui inclut le bouturage, greffage marcottage, etc.; les noms varient en fonction de la partie de la plante utilisée qui impose d’ailleurs la technique de multiplication.

A CCSAgro GReEn particulièrement, nous ne multiplions pas toutes les plantes, nous mettons l’accent sur les plantes à forte pouvoir de créateurs d’emploi et qui répondent vraiment au besoin de la population agricole du Togo et non pas au paysan seul, c’est l’exemple

  • Des plantules de bananes dont le fruit même et le premier consommé au monde. Dans les années 2013, le Togo a enregistré une production de 24000 tonnes d’après le site actualitix, soit une augmentation de 2000 tonnes en l’espace de deux ans, et après l’augmentation n’a été que de 198 tonnes l’année suivante. Selon nous, cette perte de rendement est essentiellement due à la mauvaise qualité des plantules utilisées pendant cette période.
  • Des semences d’ignames dont le Togo joue un rôle très important dans la promotion de cette culture en Afrique de l’ouest en raison de sa place dans les traditions et coutumes de certaines ethnies togolaises.
  • Du manioc cultivé sur plusieurs hectares dans la région des plateaux et du golf

Nous travaillons aujourd’hui sur les techniques de multiplications des rejets d’ananas.

Qui peut solliciter vos services ?

Nous sommes au service des paysans, nous les assistons presque gratuitement en établissant des relations gagnant-gagnant avec eux.

Nous les formons sur les bonnes pratiques agricoles et les mettons en relation avec les services de ventes de semence agrée pour des semences de bonnes qualités, des services qui nous récompenses sur la base du chiffre d’affaire réalisé : c’est du business en fait.

Dans le cas du soja, nous sommes obligés de leur trouver le marché pour écouler leurs produits.  Nous l’avions aussi fait dans le cas de la culture de tomates à Tchamba en 2017.

Nous sommes au service de tous ceux qui aiment la terre, et croyez-moi, les premières consultations sont entièrement gratuites.

Vos recettes pour booster la production dans les filières végétales ?

Il faut l’installation du système d’irrigation jusqu’à la multiplication végétative en passant par la commercialisation.

Ce sont des solutions aux problèmes que nous avons identifié.

Notre prochain défi est la formation des coopératives agricoles. Nous comptons mettre en place un système très innovant de travail en commun pour accélérer la croissance agricole.

--------------------

Agbalenyon*, responsable de l’ONG AGIDE a beaucoup inspiré Louis

Votre avis