Faire retrouver au sol tous ses éléments nutritifs

L’UNA forme depuis des années, de nouvelles générations d’entrepreneurs agricoles. Parmi ses élites, HOUENOU Saïdi, étudiant en Master à l’Ecole de Gestion et de la Production Végétale et Semencière (EGPVS) qui pense que les 33% des sols dégradés au Bénin pourraient être restaurés par le Mucuna.

"Le sol est le premier élément à prendre en compte dans une agriculture. Il est de notre devoir de tout faire pour gérer la fertilité de ces sols afin de pouvoir les conserver pour que la génération future puisse en bénéficier plus tard", lance –t-il à agridigitale.

33% des sols dégradés

Selon les études, le Bénin cinq grandes catégories de sols : ferrugineux tropicaux, ferralitiques, sableux, hydromorphes et vertisols. Parmi tous ces sols en général, jusqu’à 33% sont complètement dégradés physiquement et chimiquement (azote, phosphore, potassium et d’autres micros éléments).

"La conséquence est que le rendement n’est pas du tout au rendez-vous. L’exemple du maïs en lieu et place de 4 à 6t à l’hectare, on n’a que 2", déplore le jeune chercheur.

La dégradation actuelle des sols au Bénin selon lui est due aux mauvaises habitudes à savoir l’utilisation abusive des fertilisants chimiques de synthèse, la culture itinérante sur brulis, la déforestation etc.

Mucuna, la solution !

En guise de thérapie, Saïdi fait d’abord appel aux dirigeants et bailleurs de fond à soutenir des projets allant dans le sens de la restauration des sols pour que les producteurs profitent suffisamment des sols.

Lire aussi : Mucuna, ce trésor caché aux producteurs agricoles

Il raconte qu’au niveau de l’Université Nationale d’Agriculture(UNA), une innovation visant à faire recours aux cultures de couverture est en pleine expérimentation.

"Le mucuna permet de garder la fertilité et la structure physique et chimique des sols. Soit on décide de mettre le mucuna seul en culture, soit on le met en association avec d’autres spéculations. Et dans ce dernier cas, après la récolte, le mucuna peut rester 6 à 7 mois et ses feuilles vont pourrir et améliorer la qualité du sol", a-t-il conseillé.

Mots-clés :

Votre avis