Arsène Attidokpo, Responsable en charge de l’éducation du centre.

Pour marquer ce jubilé de Perle, Sichem sis à Djogblakopé (20 km de Lomé) décide de s’ouvrir au grand public à travers des journées portes ouvertes (JPO) qui débutent du 15 au 20 juillet prochain.

"Pour nous, il est important de préparer l’avenir des jeunes d’où nos formations en entrepreneuriat agricole.  Du moment où ils sont formés pour créer et entreprendre, on pense qu’il y aura moins de chômage",  indique  Arsène Attidokpo, Responsable en charge de l’éducation du centre.

Lire aussi : Un regard chargé d’espoir

Il explique que ces JPO seront l’occasion de présenter les actions du centre, ses expertises et surtout, exposer les nombreuses opportunités de formation qu’offre Sichem à la jeunesse au Togo et d’ailleurs.

Ayélé Foly, porte-parole de ANGE.

"Derrière cette célébration, c’est essentiellement la jeunesse qui est mise en avant, la relève de Sichem, d’où le thème : La formation des jeunes : gage d’une relève assurée", a-t-il ajouté.

Que retenir des 30 ans de parcours ?

Centre d’éducation par excellence, le projet d’éducation initié a touché 6 000 bénéficiaires du primaire au collège. Elèves et enseignants en sont bénéficiaires.L’objectif du projet est de contribuer à la qualité de l’éducation dans le sud Est de Zio, zone abritant le centre.

Par exemple, 91 écoles primaires, 20 collèges et 05 lycées sont dénombrés dans la zone mais dans les trois cantons (Kpomé, Djagblé et Abobo), aucun des établissements scolaires ne dispose d’une bibliothèque.

"Nous avons installé une première bibliothèque au centre même de Sichem et une deuxième comme annexe à Djagblé. Nous disposons également d’un bibliobus qui fait le tour de 17 établissements peu éloignés afin de permettre aux apprenants d’avoir la documentation nécessaire", témoigne Arsène.

Pour réduire la déperdition scolaire, Sichem assiste également les élèves en situation difficile.

Le centre accompagne en ce jour 10 jeunes dont 8 filles où il prend en charge leur frais de scolarité, et pour d’autres les frais de formation tout au long du processus scolaire.

ONG ANGE, un partenariat de taille

Patrice, chargé à la communication Sichem)

Toujours sur le volet éducatif et de réinsertion sociale, l’ONG ANGE depuis 2001 œuvre aux côtés du Sichem pour une prise en charge des enfants de rue ou en conflit avec la loi.

Lire aussi : L’artemisia pour enrayer le paludisme en Afrique ?

"Ces enfants sont pris en charge, soit ils sont mis à l’école ou bénéficient d’une formation professionnelle. Ensuite, nous cherchons leur famille d’origine ou d’accueil afin qu’ils soient réinsérés", explique Ayélé Foly, porte-parole de ANGE.

ANGE à ce jour, a réinséré 1850 enfants dans le système social, scolarisé 700 enfants et  33 enfants en formation professionnel. Elle bénéficie d’un accompagnement du Sichem particulièrement pour des formations en entrepreneuriat agricole.

Et c’est dans cette ferveur que s’ouvrira dans quelques jours, les journées portes ouvertes du Sichem, une manifestation à laquelle, le monde agricole et surtout la jeunesse est conviée.

----------

Sandali P. de retour de Djogblakopé

 

Mots-clés :

Votre avis