Le ministre de l'économie Sani Yaya intervenant lors du panel du Forum Togo-UE

En valeur numéraire, cela équivaut à 1300 milliards F.CFA. En divisant le budget (4622 milliards) du Plan national de développement (PND) sur cinq ans, la moyenne annuelle en termes de ressources à mobiliser tourne autour de 924,4 milliards F.cfa. Un montant largement inférieur en rapport à ce que, seul le système financier pourrait apporter.

Selon le Fonds monétaire international (FMI), "le PND est finançable" à seulement trois conditions :

amélioration de la mobilisation des ressources propres ou de recettes internes, la consolidation de la stabilité macroéconomique, réformes structurelles et structurantes sont les trois recommandations du FMI.

"Le financement du PND est mobilisable. Dans le cadre de notre coopération avec le gouvernement en tant qu’institution financière, on est en train d’aller vers ces trois ingrédients", révèle Jules Tapsoba, représentant résident du FMI au Togo. Pour lui, le Togo fait déjà des avancées dans ces différents domaines ce qui semble rassurer le FMI.

"En termes de mobilisation des recettes, des programmes sont en cours avec le Togo qui est le meilleur élève de la sous-région. Ça fait deux ans qu'on a un programme avec le Togo en termes de stabilité macroéconomique. La dette est devenue soutenable et les réformes progressent", salue M. Tapsoba.

Le gouvernement mise sur le secteur privé !

Du côté du gouvernement, l'on rassure avoir mesuré la portée de la situation en misant dès le départ sur le secteur privé au lieu des banques. Pour le financement du PND, il est attendu des privés, 65% des contributions, soit environ 3000 milliards F.cfa.

Lire aussi : Le gouvernement encouragé à assurer le financement du MIFA

"Aujourd’hui, le paysage bancaire du Togo et de la sous-région est constitué de banques commerciales et donc ne peuvent pas financer le PND. Car sur le marché financier, les banques traditionnelles ont montré une certaine frilosité dans le financement des projets à long terme compte tenu de la structure de leurs ressources", analyse Sani Yaya, ministre de l’économie et des finances.

"Le gouvernement, en accord avec les partenaires, a mis des lignes de crédits auprès des banques pour les PME-PMI dans le cadre du partage du risque dont SFI, banque Atlantique, Afreximbank", informe le ministre Sani Yaya lors d’un panel durant le premier forum Togo-Union Européenne.

Lire aussi : Le secteur agricole bénéficiera d’une attention accrue en 2019

Le PND faut-il le rappeler est décliné en trois axes dont l’axe2 consacre une place prépondérante à la transformation agricole. 

Mots-clés :

Votre avis