Rose Pélagie ASSO

D’origine camerounaise, Rose Pélagie ASSO milite dans le réseau des femmes Africaines pour la gestion communautaire des forêts (REFACOF).

"Chez nous au Cameroun, la loi n’exclut pas les femmes mais elle reste muette. Lorsqu’on dit tout simplement, tous les camerounais, c’est insuffisant. Ce que les femmes proposent, c’est que ce soit écrit de manière implicite et formelle que les hommes et les femmes ont le même droit !", signale-t-elle à agridigitale.

Lire aussi : Les craintes d’un décret présidentiel sur les terres agricoles

Son réseau, lancé en 2009 avec pour slogan "sécuriser les terres et les forêts pour les femmes" est très actif au Cameroun.

Sur le problème d’accès à la terre auquel les femmes sont confrontées, REFACOF a compris qu’il faut nouer des partenariats stratégiques avec certains acteurs clés tels que les chefs traditionnels et les parlementaires capables de faire bouger les choses. 

Lire aussi : Comment la Mauritanie a gagné le conflit foncier ?

"Nous avons eu la chance de participer à la révision de la loi foncière au niveau du Cameroun. Certes, la loi n’est pas encore adoptée mais nous avons élaboré et formulé des propositions d’articles à intégrer dans la nouvelle loi forestière et foncière. On espère vraiment que nos suggestions seront prises en compte", a-t-elle plaidé.

Elle rappelle que son réseau a pour mission de promouvoir les droits des femmes en Afrique et d’influencer les politiques et pratiques pour une équité de genre sur les questions foncières et forestières.

Votre avis