L'emploi des jeunes une réelle préoccupation

Plusieurs formules sont avancées, outre la mise sur pied des mesures incitatives à l’auto-emploi, des pôles de transformation agricole (agroparc etc.) pour absorber la main d’œuvre locale, une recette toute originale est aussi imaginée pour faire partir à l’étranger le surplus.

Ils pourront décrocher un emploi décent et revenir plus tard servir leur pays avec leur savoir-faire, un peu comme, la politique du retour de la diaspora pour contribuer à la construction du pays.

Un Forum de l’emploi international ouvert ce jeudi à Lomé a permis de poser clairement le débat en présence d’un nombre impressionnant de jeunes demandeurs.  

Lire aussi : Houngbo: ‘On peut créer jusqu’à 750 000 emplois d’ici 2022’

L’initiative prise par l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE) bénéficie de l’appui de l’Union Européenne (UE). Elle vise non seulement à partager avec les jeunes les opportunités qui existent mais et à surtout les encourager, à quitter le pays de manière régulière.  

Le plus souvent, ils partent dans des conditions risquées, une situation que veut corriger le gouvernement.

Visite des stands par les officiels

La CEDEAO promouvant la libre circulation des personnes et des biens voudrait bien s’assurer que les 7,5 millions de personnes qui migrent dans l’espace chaque année, le fassent de façon régulière.

L’Union Européenne de son côté, préoccupée par l’atteinte des objectifs de développement durable se montre prête à jouer son rôle pour la mise en place des outils de régulation des migrations et leur plus grand accès aux bénéficiaires.

Le Forum de l’emploi à l’international se présente donc comme une solution qui puisse satisfaire les uns et les autres dans la communion de leurs actions.

Yves Thomas Lundy, manager du projet MIGR’ACTIONS financé principalement par l’Union Européenne et Edmond Comlan Amoussou, directeur de l’Agence Nationale pour l’Emploi au Togo (ANPE Togo) ont dévoilé aux participants toutes les dispositions mises en place pour renforcer les capacités de la mobilité professionnelle légale en Afrique de l’Ouest et au Togo en particulier.

Le gouvernement togolais à travers le ministère chargé du travail accompagne cette initiative qui rentre dans le Plan national de développement (PND) pour l’atteinte des 500 mille emplois prévus par le plan.

-------------

MALIKI N.

Votre avis