Associer le numérique à l'agriculture africaine (image @CTAflash)

Les Experts ont posé un diagnostic sans complaisance du secteur avant de soumettre une thérapie de choc.

La croissance démographique très forte, l’urbanisation galopante des villes ; l’explosion démographique entrainant des tensions sur les systèmes agricoles par le manque d’accès à la terre l’agriculture sont entre autres défis de l’agriculture africaine surtout dans les pays au sud du Sahara.

Les recettes d’Addis-Abeba

Les Experts ont unanimement recommandé aux Etats africains de repenser leur système et feuille de route agricole en mettant plus l’accent sur la formation des jeunes dans le domaine agricole.

Ils suggèrent la mise sur pied d’un système intégré et inclusif permettant à tous les jeunes Entrepreneurs agricoles d’être formés et d’avoir accès à la terre.

Les participants ont également recommandé aux Etats de mettre au point des facilitations qui permettront de produire, de transformer et d’encourager la consommation locale (riz, maïs, mil, sorgho).

Lire aussi : Agribusiness 4 Change en conclave à Addis-Abeba

Brita Wegener, Ambassadeur d'Allemagne en Ethiopie

Ils soulignent que cette mesure forte permettra de réduire cette disparité qui consiste à produire des produits de rente qui créent des emplois en dehors des pays africains pays (coton, anacarde,) sans toutefois résoudre le problème de chômage des jeunes.

La réunion d’Addis-Abeba a préconisé aussi de mettre l’accent sur l’innovation technique pour la transformation structurelle de l’agriculture dans les pays africains ; faire en sorte que la mécanisation prenne en compte toutes les maillons de la chaîne (tracteur, semences, engrais, pesticide, conservation) pour sa réussite ; la revue du cadre institutionnel qui doit jouer un rôle important pour promouvoir la consommation et la transformation des produits locaux etc.

"C’est une note d’espoir et des solutions pour changer l’agriculture en Afrique, résoudre le problème de chômage des jeunes et améliorer le revenu des producteurs et au-delà améliorer l’indice de pauvreté de nos pays", confie Lambert Nayanté, Expert International à la fin de la conférence. 

Votre avis