Pour une meilleure vulgarisation de la meule casamançaise

Son ambition d’ici trois ans est de rendre plus professionnel plus de 1500 producteurs du charbon de bois à l’échelle nationale et vulgariser de la technique de la meule casamançaise.

La meule casamançaise facilite une carbonisation améliorée du bois en quantité et en qualité, réduit de moitié l’utilisation du bois et par conséquent, réduit la déforestation.

Jeudi à Sirika dans la région de la Kara (456Km de Lomé), top départ a été donné au projet Appui à la Promotion de la Meule Casamançaise dans les grands bassins d'exploitation du Togo (AProMeCa-Togo).

Les charbonniers de la préfecture de la Binah (zone de production du charbon de bois) ont assisté à la rencontre où ils ont été sensibilisés à déboiser moins, à protéger les forêts et la biodiversité en utilisant la meule casamançaise.

Lire aussi : Kossi attend les acheteurs de terrain à Yomaboua

"Plus de 74 % de nos ménages utilisent comme sources d'énergie le charbon de bois. La technique qui est utilisée pour mettre à notre disposition le charbon de bois, c’est la technique traditionnelle qui est beaucoup plus dévoreuse en termes de ressources ligneuses. Ce sont les meilleurs charbonniers qui arrivent à atteindre 10% en termes de rendement", note M. Lamboni.

Outre la vulgarisation de la meule dans la région de la Kara, le projet prévoit entre autres, la mise en place et l’entretien de 5000 plants à vocation bois énergie sur 5 hectares ; former 10 soudeurs/ tôliers sur la fabrication des équipements de la meule casamançaise ; former 215 producteurs de charbons de bois sur la meule des casamançaise ; équiper 15 coopératives de bois énergie avec 75 cheminés et accessoires de la meule casamançaise améliorée ; initier les producteurs au reboisement.

Les participants à la rencontre

Après Kara, LAMBONI et sa délégation sont attendus dans les Savanes (Tadjoare), la Maritime (Agbélouvé), les Plateaux (Palakoko) et la Centrale (Tchamba) pour le même exercice respectivement les 12, 18, 19 et 23 avril 2019.

Lire aussi : Kabissa va carboniser les 17 millions du PNUD

Il faut souligner que cette sensibilisation nationale sur l’usage de la meule casamançaise s’inscrit dans le cadre du projet d'appui à la lutte contre le changement climatique (PALCC).

L’objectif affiché est de rendre plus efficace l'utilisation de la ressource biomasse et la filière bio énergie pour accompagner une transition énergétique vers une économie plus sobre en carbone.

Evalué à 200 millions F.cfa et financé par l’Union Européenne (UE) à travers le mécanisme de l’Alliance Mondiale contre le Changement Climatique (AMCC+), le projet est exécuté par l'ONG AJA qui s’appuie sur la responsabilisation des bénéficiaires et la mise en place d’un cadre multi-acteurs de gestion.

--------------

Envoyé Spécial à Sirika, Victorien A.

 

Votre avis