Arlette Biheou KPAKPABIA

A la veille de l’ouverture, le comité d’organisation rassure que tout est déjà au point pour le succès du salon de Lomé.  

"Notre ambition est d’aider les jeunes togolais à pouvoir s’orienter facilement, choisir leur métier sans oublier ceux qui sont déjà en activité et qui ont envie d’une réorientation", indique Arlette Biheou KPAKPABIA, co-organisatrice de l’événement.

Elle note que "la majorité de la jeunesse a du mal à comprendre quel métier choisir pour devenir quoi demain et beaucoup embrasse des formations dont ils ne connaissent pas les débouchés".

Lire aussi : Le salon des métiers, c’est le 14 décembre sur l’esplanade

"Ce salon vient apporter les bonnes sources d’informations. Plusieurs institutions et entreprises ont été interpelées pour être de la partie", ajoute –t-elle.

Seront présents sur le site du salon, les différentes écoles de formation, des entreprises, des employeurs, des apprenants et des entrepreneurs. Certaines grandes écoles, telles l’USL de Dakar, l’OIJ (école du graphisme) du Bénin, les startups (WOELAB, ZONOA etc.) seront également du rendez-vous.

La Francophonie (OIF), l’ANPE, le FAIEJ, le ministère de l’enseignement et de la jeunesse appuient ce salon dont la réussite permettra de rééditer une nouvelle édition en 2019 et mieux, l’exporter vers d’autres pays de la sous-région.

Des milliers de visiteurs sont attendus sur les 72h que va durer le salon des métiers du Togo.

Votre avis