Mme Ginette Aguey-Wognon, représentante du ministre de l'Agriculture

Au Togo comme au Sénégal et dans d’autres pays africains, pourvoir le besoin en ce petit ruminant pour satisfaire la demande relève d’un casse-tête.

Au Sénégal par exemple, les autorités se tournent vers d’autres pays, dont la Mauritanie pour importer cet animal pour la fête. Idem pour le Togo où à l’approche de cette fête, les moutons sont importés de divers pays de la sous-région.

Une situation incompréhensible que les promoteurs du Village Tabaski veulent corriger en incitant la jeunesse à se lancer dans cette filière de l’élevage très porteuse.

Rachida Abi Traoré, coordonnatrice de cette foire pense qu’il faut orienter la jeunesse de 18 à 25 ans dans la filière de l’élevage pour saisir ces opportunités, surtout ce marché important.

"Ce n’est forcément être éleveur mais on peut s’investir en tant que distributeur, promoteur ou même conseiller. C’est important pour moi de dire à la jeunesse qui croit qu’il n’y a rien à faire alors  qu’ils peuvent se lancer et apporter même de l’innovation à ce secteur", a-t-elle souligné.

Pendant 10 jours, le Village Tabaski sera une occasion pour la jeunesse passionnée du domaine agropastorale d’exposer leur savoir-faire.

Outre l’exposition, formations, kermesses et jeux concours de Poésie seront au menu de cette 2ème édition qui se déroule au Centre Olympafrica à Lomé.

Les formations portent notamment sur comment devenir éleveur des ruminants ; les techniques de production et de reproduction ; l’alimentation des ruminants et la rédaction du plan d’affaires.

Mots-clés :

Votre avis