Cakes à base de la farine du maïs

Malheureusement, ces produits sont tellement rares que très peu d’africains ont conscience de leur existence et de leurs vertus. Cette situation désolante tire sa source de plusieurs causes selon Patricia MIAWODEDE, jeune agroéconomiste de formation.

Dans une étude réalisée à la fin de son cycle de formation, elle s’est penchée sur la valorisation des céréales locales et tubercules locaux dans la panification.

AGRIDIGITALE.NET : Comment obtenir des pains et gâteaux mixtes à base des céréales ?  

Patricia MIAWODEDE: Des pains mixtes et des gâteaux mixtes sont des produits agroalimentaires peu reconnus du public et pourtant très riches sur le plan diététique.

La panification est la fabrication du pain à partir de matières farineuses. Nous entendons par pains et gâteaux mixtes des produits de boulangerie obtenus à partir de mélange de farine de blé et d’autres farines.

Les autres farines entrant dans la production de pains mixtes peuvent provenir de céréales comme le maïs, le mil, le sorgho ou encore de tubercules comme l’igname, le manioc, le riz local.  

En d’autres termes, pour 100g de farine entrant dans la production d’un pain, 85 % sera de la farine de blé et 15 % sera de la farine locale. De même, nous pouvons produire de délicieux gâteaux (cakes et beignets) aux goûts variés dont les matières farineuses sont constituées jusqu’à 50 % de farines locales.

Nous pouvons citer entre autres la sous-information des populations locales, le sous-effectif des points de vente proposant ces produits, la préférence des consommateurs aux produits occidentaux, et le coût élevé de la farine locale pour les boulangeries.

Et pourtant, consommer du pain mixte a des impacts très positifs tant sur le plan diététique qu’économique. En effet, incorporer de la farine de produits locaux dans du pain, un aliment très consommé dans la sous-région et dans le monde permet :

D’abord, la diversification de nos mets puisque nous pouvons obtenir une plus large variété de pains en modifiant la proportion et la nature des farines locales.

Ensuite, l’enrichissement nutritionnel du pain puisque l’ajout de farine de natures différentes y introduit des vitamines et sels minéraux variés ;

Et enfin, la réduction de la consommation de gluten (présent dans le blé) qui est néfaste à notre organisme quand on prend de l’âge.

C’est la raison pour laquelle les personnes du troisième âge de même que les diabétiques consomment plus de pains multi-farineux sur ordonnance du diététicien.

AGRIDIGITALE.NET: Selon vous, la panification mixte contribue à l’indépendance nutritionnelle ?

Patricia MIAWODEDE : Bien sûr que si ! La farine locale est obtenue à partir de la transformation locale de produits agricoles locaux.

En consommer reviendrait à encourager l’agriculture familiale pratiquée par les producteurs de céréales et tubercules. En période d’abondance, afin de réduire les pertes post-récoltes, il est conseillé de transformer les produits agricoles.

Les producteurs pourraient donc vendre leurs produits aux structures plus compétentes à condition que ces dernières aient un marché. Le marché de pains mixtes serait donc un parfait débouché pour cette chaîne agroalimentaire de la production à la consommation en passant par la transformation en farine et la panification.

Au Togo, certaines boulangeries ont bénéficié de l’appui de l’ITRA (Institut Togolais de recherche agronomique) pour se faire former sur la panification mixte.

On y trouve également des entreprises locales de transformation qui ont pris l’initiative de produire de la farine 100 % locale.

Ces entreprises sont confrontées à la réticence des boulangers et pâtissiers d’intégrer ces farines dans leurs produits car la demande locale est très faible. Une forte sensibilisation des consommateurs pourraient renverser la tendance.

En matière de panification mixte et de consommation de pains mixtes, le Sénégal est un pays modèle. On y trouve des associations et des centres qui en font constamment la promotion.

Il est très important voire indispensable que les autres pays emboîtent le pas car la panification mixte contribue à l’indépendance nutritionnelle, promeut la sécurité alimentaire, valorise les produits locaux et elle soutient l’économie locale.

--------------

Propos recueillis par Fioklou Wesley KOUDOSSOU, Contributeur à Agridigitale

Votre avis