Emmanuel Macron ce matin à l'inauguration du salon (crédit photo France24)

Face à la concurrence Russe et Ukrainienne sur le marché du blé par exemple, ces deux pays, qui 5 ans plus tôt, étaient des clients de l’Europe, et aujourd’hui, des concurrents redoutables, l’Afrique selon le président Français, demeure une terre d’opportunités.

"C’est en déployant une offre technique complète adaptée aux besoins de nos clients, en nouant sur notre marché domestique, sur les marchés européens une offre différenciée, en nouant aussi une nouvelle relation avec l’Afrique que nous réaliserons et que nous éviterons en quelque sorte la compétition mortifère vers le prix le plus bas", a déclaré M. Macron.

"Votre génération, on ne peut pas lui dire qu’elle va embrasser l’avenir en allant faire la compétition avec d’autres agriculteurs qui n’ont pas les mêmes normes, ils n’auront jamais les prix le plus bas", poursuit-il.

Le président Macron va loin préciser que d’ici 2050, la population africaine va doubler et que ce sera une réelle opportunité pour la France et pour l’Europe.

"Cet enjeu démographique est un défi pour le continent africain, un défi pour l’Europe car nos destins sont liés, c’est un défi pour notre agriculture, c’est une opportunité si nous devons la saisir", a-t-il martelé.

Emmanuel Macron a rappelé les effets des changements climatiques sur les ressources en eau, la fertilité des sols, l’avancement du désert tout en insistant sur le fait que le défi agricole et alimentaire figure en bonne place parmi les priorités du continent.

"L’agriculture sera un pilier non seulement du maintien de l’Afrique mais de sa réussite et de sa capacité à offrir un avenir à la jeunesse africaine de se développer, de se nourrir elle-même. Lors de chacun de mes déplacements sur ce continent, j’ai perçu cette attente.  L’éducation et la santé constituent le troisième pilier de cette stratégie de développement partagée avec l’Afrique que nous devons conduire et qu’elle mette son savoir-faire, son expertise au service d’une démarche à long terme pour développer des filières agricoles pérennes et rentables en Afrique. C’est le rôle de la France et de l’Europe", a-t-il fait savoir.

L’Afrique, une opportunité à saisir !

A en croire M. Macron, l’Afrique sera cette nouvelle terre d’opportunités pour non seulement exporter du savoir-faire mais également faire en sorte que l’Afrique soit un véritable marché de consommateurs pour la production française, voire européenne.

Toutefois, cela devrait se faire avec doigté au regard du changement de paradigme dans les rapports qui lient l’Afrique à l’Europe.

"Nos partenaires en Afrique ne veulent plus des recettes du passé; non plus, ils ne veulent d’une vision misérabiliste de l’Afrique, une vision cantonnée à la petite exploitation vivrière. Ils veulent construire une Afrique forte, forte de filières agricoles créatrices d’emplois, de valeurs et qui permettront in fine de donner un avenir aux populations locales", a-t-il souligné.

Lire aussi : Au parc des Expos de Paris, Porte de Versailles

"Nous la France, l’Europe; nous devons être au rendez-vous de cette attente. Je dis, pour l’ensemble des agriculteurs et décideurs, que c’est une opportunité pour nous à saisir, opportunité de développement partagé, opportunité d’exportation de tous nos savoir-faire et opportunité pour nous aider à faire réussir le continent africain", exhorte M. Macron.

Faire bloc pour contrer la concurrence

Emmanuel Macron insistant sur la politique agricole commune (PAC) en discussion au niveau Européen, fait appel à l’unité dans les rangs des Etats d’Europe pour contrer la montée des produits Russe, américains, chinois, etc.

Emmanuel Macron vistant le salon (crédit photo La Croix)

A plusieurs reprises, il a précisé que la concurrence, ce n’est pas entre Etats européens qu’il faudra plutôt s’unir, se regrouper, faire des segmentations et que chaque Etat en rapport avec les spécificités de son terroir, se spécialisent dans une filière forte et de faire de la différenciation axée sur la qualité, de sorte à annuler la poussée des puissances concurrentes.

Outre l’unité, il précise que la nouvelle politique agricole de l’Europe sera fixée sur trois grandes promesses pour sa jeunesse agricole à savoir : la protection des agriculteurs et des consommateurs ; la transition vers l’écologie et  l’anticipation en misant sur la recherche et le renouvellement des générations.

Sur la protection, il estime très important que l’agriculteur puisse être bien protégé face aux risques ou aux angoisses climatiques en développant une véritable stratégie de gestion des risques.

"Cela passera par une réserve pour protéger l’ensemble des Etats des crises de marché, puis l’ensemble des mécanismes de régulation des filières plus performantes, plus activables que celui existant en particulier, une meilleure articulation entre dispositif privé responsabilisant les entreprises et les outils publics de gestion des risques", précise-t-il.

Sur la transition écologique, M. Macron estime que la politique agricole doit favoriser la diversification des activités, encourager la production d’énergie renouvelable, favoriser les initiatives visant à accroitre la capacité de stockage du carbone dans les sols.

En cela, il propose que le nouveau PAC consacre de moyens à rémunérer les services environnementaux fournis par les agriculteurs pour lutter contre l’érosion des sols ; préserver les paysages, entretenir les forêts, protéger la faune et la flore.

Enfin, la technologie et l’innovation doivent également contribuer à résoudre certaines préoccupations des consommateurs sur la traçabilité des produits.

Il a fait mention du développement la technologie du blockchain qui permet de garantir la provenance et la traçabilité des produits.

"Faisons à cet égard de l’Europe, l’avant-garde de la data agricole en développant des outils qui permettront de suivre chaque produit depuis la production de la matière première, jusqu’à l’emballage en passant par la transformation et le transport. L’innovation est là et il faut l’utiliser dans le monde agricole. Il faut l’utiliser pleinement car elle est au service de l’excellence partagée et elle sera au service du consommateur", a-t-il souligné en substance.  

Protéger le paysan africain

Si l’Europe resserre ses rangs et que le président Français, va même proposer la mise sur pied d’une force européenne pour veiller aux normes des produits agricoles qui rentrent dans leur espace ; traquer les fraudreurs; observer la prudence dans les négociations des accords commerciaux avec les Etats-Unis etc, l’Afrique, demeure comme toujours, la terre de devenir, et d’opportunités.

L’explosion démographique (2050) doublée de la faible capacité de production dans les Etats d'Afrique pour garantir la sécurité alimentaire à tous, naturellement, l’expertise française et européenne sera inévitable.

L’Afrique doit se mettre débout. Les organisations sous- régionales (CEDEAO, UEMOA, etc.) ou mieux, l’Union africaine (UA) dans sa vision 2063 peut déjà dépoussiérer les politiques agricoles communes afin que l’intérêt du paysan africain ne soit pas bafoué dans ce grand enjeu mondial qui se dessine.

Une plus grande vigilance doit être observée vis-à-vis de l’Europe dans les prochaines négociations agricoles afin que les paysans africains soient également protégés et vivre du fruit de son labeur.

------------

Fidel A. GNAMELI

1 Contribution(s)

  1. Philippe say:

    Félicitation pour le travail que vous faites et pour les publications utiles qui apportent un plus au développement de l'agriculture en Afrique et en particulier au Togo. J'ai eu très mal en lisant cet article de Macron sur l'agriculture qui en aucun cas si vous cernez son discours n'a rien de positif pour le développement de l'agriculture au Togo. Il a bien dit que la Russie et l'Ukraine étaient des clients de l'Europe et aujourd'hui ils sont des concurrents. Et il essaie de dire au pays d'Europe indirectement de se méfier de l'Afrique qui veut baser son développement sur l'Agriculture. Il exhorte donc l'Europe à ne pas répéter les mêmes erreurs et Ils anticipent une concurrence rude de ces derniers. Ne soyez pas dupe en pensant que l'Europe va développer votre agriculture en proposant une politique agricole gagnant-gagnant comme on veut le faire croire. Cette volonté de L'Europe plus précisément de la France de préserver ces intérêts, de conserver sa place de puissance en réfléchissant à notre place et en nous disant ce qui est bon doit cesse, les intellectuels africains ou togolais ne sont pas des intellectuels tétraplégiques. Il sait les forces et faiblesses de l'agriculture africaine, et vous l'avez bien entendu, je cite " ..une nouvelle relation avec l’Afrique que nous réaliserons et que nous éviterons en quelque sorte la compétition mortifère vers le prix le plus bas.." et "..Votre génération, on ne peut pas lui dire qu’elle va embrasser l’avenir en allant faire la compétition avec d’autres agriculteurs qui n’ont pas les mêmes normes, ils n’auront jamais les prix le plus bas". Cela dit beaucoup de choses, notez qu'au niveau de l'OMC la subvention agricole est interdite or l'Europe a subventionné son agriculture pendant plusieurs années ce qui fait qu'aujourd'hui, leurs prix est compétitifs. Les dirigeants de l'Europe cherche la survie de leurs entreprises et le bien-être de leur population donc soyez vigilant pour ne pas se laisser malmener et signer des choses qui vous permettrons d'être sans savoir le socle du développement des autres continents. L'Afrique ou le Togo ne doit pas se laisser duper encore une fois, je résume qu'il faudra que : - nous travaillons davantage à réduire au maximum les contraintes liées au développement de l'agriculture; - nous évitons la politique de l'autruche et définissons nos propres stratégies de développement agricole et non en se basant sur les autres car il y a leur intérêt derrière. C'était juste un commentaire rapide en lisant cet article. Soyons vigilant et ne sourions pas à toutes propositions des partenaires européens. Je propose même que vous supprimez cet article connaissant la mentalité Africaine qui pense que toute parole ou acte extérieure est un évangile. Merci..

    25/02/2019 09:03:55

Votre avis