Le PDRD change le visage à Djagblé (15km nord-est de Lomé)

A la veille de l’an1 du projet, une délégation interministérielle dirigée par Noël Koutéra BATAKA, ministre en charge de l’agriculture a visité jeudi le site des travaux pour s’assurer de l’état d’avancement du chantier. "Un bilan positif avec l'exhortation à aller encore plus vite", a-t-il fait savoir.

La délégation interministérielle ce jeudi matin

"Le taux d’exécution des travaux à la date du 18 février 2019 est de 32% tandis que la mise en œuvre du projet dans son ensemble prenant en compte les volets mise en place de l'association des bénéficiaires, formation, alphabétisation et sensibilisation) est aujourd'hui de 45%", note Ildevert-Honoré Kouawo Tchawalassou, Directeur du PDRD.

Le Projet de Développement Rural de la Plaine de Djagblé (PDRD) est cofinancé par la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA), la Banque Islamique de Développement (BID) et l’État Togolais pour un montant de 9,6 milliards

L’objectif du PDRD est de contribuer à l’autosuffisance alimentaire du pays, à améliorer les conditions de vie des populations des localités concernées et à lutter contre la pauvreté.

Il vise entre autres le développement et la diversification des cultures vivrières en mettant un accent particulier sur l’intensification de la culture du riz à travers l’aménagement d’un périmètre irrigué de 340 ha avec la réalisation des infrastructures socio-collectives (mini AEP, magasins avec aires de séchage, pistes de désenclavement, centre de santé et bâtiments scolaires).

Outre le secteur agricole, le PDRD touche d’autres secteurs comme la santé, l’éducation, l’eau et l’environnement en vue de produire un impact significatif sur les conditions de vie des populations de la zone.

Une dizaine de villages des cantons de Djagblé et d’Abobo dans la préfecture de Zio sont directement bénéficiaires dudit projet.

Voici ce qui est déjà fait !

A ce jour, le siège du projet a été réceptionné et depuis le 02 Novembre 2018 le personnel a intégré les bureaux.

Pistes de désenclavement en aménagement

A cela s’ajoutent, la réalisation d'une mini adduction d'eau en cours d'achèvement (91%) ; 03 bâtiments pour 11 salles de classes achevés et réceptionnés ; 03 bâtiments à trois salles de classes à 90% achevés et 06 blocs ECOSAN sont également réceptionnés.  

Lire aussi : La plaine de Djagblé a un nouveau visage

Cependant, ce qui reste à faire ce sont les grosses œuvres (pistes de désenclavement et d'aménagement d’hydro agricole) dont l’exécution ne pourra se faire qu’en hors saison de pluie.  

Plus spécifiquement, il s’agira de construire l'ouvrage de mobilisation de l'eau d'irrigation (bec de canard) et la digue de protection du périmètre, de mettre en place les réseaux d'irrigation (canaux primaires, secondaires et tertiaires), les réseaux de drainage, avec la construction des ouvrages connexes (de franchissement, distribution, de répartition, etc..). 

"Les entreprises prestataires sont à pieds d’œuvre pour relever le niveau d’avancement", rassure la coordination du projet.

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. KALIFE Nadim michel say:

    Je suis émerveillé par ce projet qui devrait faire sortir de la pauvreté je ne sais combien de gens ruraux. Pourquoi ne nous en dit on rien? Le plus dur reste à faire, l'irrigation et la prévention contre les inondations de cette plaine de djagble.

    23/02/2019 06:11:51

Votre avis