Thierry Awesso, vice-président du CNP-Togo croit en l'agriculture togolaise

Articulé autour de 4 axes, le guide présente les forces et faiblesses de l’agriculture togolaise; évalue les projets et programmes du gouvernement et des bailleurs.

Le document dévoile toutes les potentialités existantes encore sous exploitées et donne des orientations utiles aux investisseurs sur la possibilité de renforcer la production des produits pour se tourner vers l'export.

Le président du Conseil National du Patronat Laurent Coami TAMEGNON signale que c’est un travail rigoureux, un outil décisionnel mis à la disposition du secteur privé.

"Nous voulons accompagner les efforts fournis par le gouvernement afin d’inciter le secteur privé à investir dans l’agriculture", ajoute M. Tamegnon.

Son Vice-président, Thierry Awesso ajoute que le guide reste un puissant outil de sensibilisation aussi bien à l’endroit des privés que des entrepreneurs agricoles qui souhaitent se lancer dans le secteur de l’agriculture.

Germain Essohouna Meba, président de la Chambre de commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) témoigne que le guide expose aux investisseurs les potentialités agricoles dont regorge le Togo.

"Le Togo est doté de terres cultivables et d’un climat propice pour le développement de l'agriculture. Il est paradoxal de continuer d'importer les produits que nous pouvons obtenir chez nous par notre travail, notre engagement et notre détermination", ajoute M. Meba.

Le ministre de l’agriculture, Ouro-Koura Agadazi s’est félicité de l’initiative du Patronat et rappelle que "le gouvernement joue sa partition et que c’est encourageant que le secteur privé fasse aussi sa part".

Pour le ministre Agadazi "le Togo veut passer d’une agriculture de subsistance vers une agriculture de marché" et il est du devoir du secteur privé d’accompagner cette dynamique.

"Le plus grand handicap aujourd’hui dans l'agriculture, c’est la maîtrise de l'eau. Sur 3,6 millions d’hectares de terres cultivables, très peu sont irriguées. Je vous rassure que le gouvernement a inscrit cette activité au titre des actions à mener et le projet d'agropole de Kara qui a déjà mobilisé 39 milliards F.cfa pour générer 35 mille emplois a pris en compte le volet irrigation", informe Ouro-Koura Agadazi.

Au Togo,  70% de la population est rurale, 65% absorbée par un secteur agricole très actif qui crée 25% des emplois mais qui ne bénéficie que 0,3% de crédit bancaire. 

Gouvernement, bailleurs et privés sont aujourd’hui engagés pour plus de financement en faveur du secteur de l’agriculture.

Le guide du Patronat permet aujourd’hui à tout investisseur intéressé par le secteur de l’agriculture de mieux apprécier les potentialités et de savoir où mettre son argent pour avoir un retour sur investissement.

Le nouveau programme d’investissement agricole de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) à mettre en œuvre sur les 10 prochaines réserve une part belle au secteur privé dans le financement des chaînes de valeurs. Si l’Etat compte mobiliser sur les 10 ans, 750 milliards F.cfa en faveur du PNIASAN, il est attendu des privés 500 milliards F.cfa.

Votre avis