De plus en plus de pauvres (photo agridigitale)

C’est tout ce qui peut retenir l’attention commune de toute la planète dans le récent rapport bisannuel de la Banque Mondiale sur la pauvreté et la prospérité partagée "poverty and shared prosperity 2018 : Piecing together the poverty puzzle".

Publié par le Groupe de la Banque mondiale depuis son siège à Washington, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté célébrée les 17 octobre de chaque année, le rapport tire la sonnette d’alarme sur l’évolution de la pauvreté dans le monde et la nécessité de suivre le fléau de plus près, pour atteindre le premier objectif de développement durable ODD1 dans les délais.

De nouvelles mesures pour mieux combattre le fléau

Le rapport indique que les progrès économiques, tant bien qu’ils aient réduit l’extrême pauvreté, ont occasionné un basculement d’une part importante du nombre de pauvres vers les pays les plus prospères jugeant donc indispensable de disposer des valeurs seuils supplémentaires pour une meilleure compréhension de la pauvreté, aspect important pour le combat du fléau.

"Dans le même temps, Il est utile d’avoir une vision plus globale de la pauvreté à différents degrés et dans différentes dimensions de par le monde", avait expliqué Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale.

La Banque Mondiale a réitéré son ferme engagement d’éradiquer la pauvreté dans le monde, suivant de plus près, l’évolution de la pauvreté dans tous les pays prenant en compte leurs multiples dimensions et pour chaque membre de foyer.

"Nos objectifs sont et restent de mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030", a confirmé le premier responsable.

Qu’en est-il de l’Afrique ?

Selon le rapport de la Banque mondiale, les niveaux d’extrême pauvreté en Afrique du nord restent bas malgré l’augmentation du nombre de personnes vivant avec moins de 1,90 dollar par jour, avec précision que près d’une personne sur 7 ne dispose pas de sanitaires convenables dans la région.

En Afrique subsaharienne, région abritant le plus grand nombre de personnes vivant en situation d’extrême pauvreté, 40% des populations pauvres ont enregistré une croissance négative de leurs revenus dans le tiers des pays de la région.

La région a connu un doublement de sa population en 25 ans, une augmentation qui s’est fait plus ressentir dans les populations vivant avec moins de 3,20 dollars mais plus de 1,90 dollar.

Votre avis